logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Shutterstock

Allergies saisonnières, c’est parti!

Si j’avais à résumer ma semaine dernière en textos, ça ressemblerait à ça :

C’est parti on dirait! J’ai les yeux en feu!

Mes allergies ont commencé pis pas à peu près, toi?

Je regrette un peu tout le temps passé dehors hier…

Éternuer dans son masque, OUACHE!

Eh oui! C’est aussi peu glorieux parfois des discussions de mamans en télétravail. TOUT est prétexte à un peu de social…

Ce serait autour de 20% de la population qui souffrirait d’allergies saisonnières. Aux traditionnels désagréments s’ajoute cette année une inquiétude supplémentaire, car le début de la saison chevauche la 3e vague de COVID-19. Est-ce que ce nez qui coule ou cette gorge qui gratte a pour cause cet après-midi à profiter du soleil ou encore le virus qui fait trembler la planète depuis un an?

COVID-19 ou allergies?

Même si plusieurs symptômes se recoupent comme le nez qui coule ou un mal de gorge, les allergies saisonnières ne causent généralement pas de toux, de fièvre, ni de difficultés respiratoires comme le fait le coronavirus. Si vous éternuez, avez un écoulement nasal clair et avez les yeux et la gorge qui piquent, c’est probablement des allergies. Dans le doute, jetez un œil à ce tableau ou utilisez le guide d’autoévaluation des symptômes du ministère de la Santé.

Asthma and Allergy Foundation of America

Quoi faire si on a des allergies?

Que ce soit pour éviter d’éternuer dans son masque ou encore de semer la frousse avec nos yeux larmoyants, vous pourriez vouloir davantage contrôler vos symptômes qu’à l’habitude ce printemps. Cela pourrait aussi vous aider à éviter d’être contaminé par la COVID! Comment? Eh bien en vous évitant de porter les mains à votre visage pour, par exemple, vous gratter les yeux. On sait que la bouche, les narines et les yeux sont les portes d’entrée du virus. Parlant de masque… Même s’il n’est pas obligatoire à l’extérieur, il peut contribuer à limiter l’exposition de nos voies respiratoires au pollen. Mais attention! Du pollen peut s’être déposé dessus alors on jette ou lave son couvre-visage dès notre arrivée à la maison et on se lave les mains après. Côté médication, il existe plusieurs options en vente libre. Il faut parfois essayer plusieurs formules pour trouver celle qui nous convient… et changer souvent, car près quelque temps, le corps d’habitue et la médication devient moins efficace. 

Des gestes barrière pour se donner un coup de pouce

On a beaucoup parlé de gestes barrières pour se protéger contre la COVID, mais on peut appliquer le concept à plusieurs choses, les allergies par exemple. Comment peut-on limiter son exposition au pollen pour limiter au maximum les désagréments liés aux allergies saisonnières? En voici quelques-uns que j’ai développés au fil des ans. 

On ferme les fenêtres

Que ce soit celles de la maison ou celle de l’auto, on se retient d’ouvrir les fenêtres et on allume le climatiseur. On évite de faire entrer le pollen dans la maison. C’est dommage, mais logique.

On se retient d’étendre son linge dehors

On a tellement hâte de faire sécher les vêtements ou les draps au vent à l’extérieur et de profiter de la bonne odeur de «dehors». Vaut mieux attendre que l’indice pollen soit faible parce que celui n’hésitera pas à se déposer sur vos vêtements et vos draps. Imaginez vous coucher dans l’allergène ou encore le transporter sur votre chandail…

On s’habille

Pour aller jouer dehors, on enfile un chapeau qui empêchera le pollen de se déposer sur les cheveux, et aussi des lunettes de soleil qui limiteront l’exposition des yeux. Si on travaille dans les plates-bandes, on met des gants et on évite de porter ses mains au visage.

Puis on se déshabille

En entrant dans la maison, on enlève les chaussures, mais aussi ses vêtements. On veut éviter de faire entrer l’allergène dans la maison. Si possible, on file sous la douche et on lave ses cheveux, afin d’être pollen free pour la suite.

On nettoie nos sinus

Le nettoyage des sinus à l’eau salée permet de déloger le pollen que nous avons respiré et aussi de réduire l’inconfort relié aux symptômes d’allergies. 

Ma découverte de 2021

Comme tout le monde à la maison (sauf le chat!) est allergique au pollen, on en passe des mouchoirs au début du printemps, autant sinon plus que pendant la saison des rhumes. Comme je vous racontais ici que je repense tous mes achats pour qu’ils soient plus écolos, j’ai fait le saut et je me suis procuré des mouchoirs lavables de l’entreprise québécoise Bateau Bateau. J’ai opté pour un ensemble qui comprend des mouchoirs, un étui pour les ranger (qui ressemble à un distributeur de lingettes humides) et un petit panier pour les mouchoirs souillés. C’est un trio parfait, car les mouchoirs sont distribués un à un et faciles à prendre et qu’on en dispose dans le panier juste à côté. Ni l’homme ni les enfants n’auraient fait l’aller-retour au panier à lessive juste pour un mouchoir! Pour les voitures, je vous avoue avoir opté pour une option jetable, mais plus verte soit les mouchoirs de Mouche Home qui sont faits de fibres de bambou non blanchies. 

bateaubateau.com

Et vous, comment ça se passe à la maison la gestion des allergies saisonnières? Avez-vous des trucs aussi que je n’ai pas encore découverts? Écrivez-les dans les commentaires

Nous vous proposons

Du même auteur

Allergies saisonnières, c’est parti!