logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Shutterstock

Le cannabis et nos animaux de compagnie

La sympathique petite Lily, une mignonne bouledogue français de trois mois (une race qu’on voit de plus en plus), m’a été présentée en urgence il y a quelques jours. Elle n’allait pas bien du tout et ses propriétaires étaient très inquiets.

Lily avait pourtant été vue récemment par une de mes collègues pour ses vaccins et ses vermifuges. Il n’y avait rien de bien particulier au dossier de Lily. Outre une bouille adorable, il y était noté une légère sténose des narines (narines trop petites qui nuisent à une respiration efficace et confortable), typique de sa race. Ce problème était noté « à suivre » au cours de la croissance de Lily et ne causait pas de problème pour le moment. Il fallait donc trouver une autre cause à son malaise évident.

Des symptômes inquiétants

La petite Lily était bien mal en point et je partageais l’inquiétude de ses propriétaires. Depuis quelques heures, elle était abattue et faible et ne semblait pas avoir pleinement conscience de ce qui se passait autour d’elle. Elle était incapable de marcher et déambulait de son mieux en titubant et en tombant sur le côté pour ensuite rester couchée au sol. Elle laissait même échapper quelques gouttes d’urine ici et là et ne semblait pas s’en apercevoir, elle qui était « propre » seulement 5 jours après son arrivée à la maison.

Mon examen médical était formel, Lily présentait un trouble neurologique, donc qui affectait son système nerveux. Mais qu’est-ce qui pouvait bien causer de tels symptômes aigus chez un si jeune patient?

J’ai alors dressé la liste des diagnostics possibles – ils étaient nombreux – et je me suis rendue à l’évidence que je devais poser aux clients une question un peu embarrassante… Était-il possible que Lily ait été en contact avec du cannabis?

Malaise…

Les clients ont été catégoriques, il était impossible que Lily ait ingéré du cannabis.  C’est à peine s’ils n’étaient pas insultés de ma question pourtant bien légitime pour établir le diagnostic.   C’était un peu décourageant, car cela aurait expliqué tous ses symptômes et au moins, présenté une évolution favorable, au contraire d’autres possibilités de maladies sur ma liste.

J’ai donc proposé un bilan sanguin que les clients ont tout de suite accepté de faire. Les résultats ne démontraient aucune anomalie grave pouvant expliquer les signes cliniques de Lily. Retour à la case départ. J’insiste un peu… « Avez-vous des adolescents à la maison? Est-ce possible qu’un ami de ces derniers ait pu venir à la maison avec du cannabis? Après tout c’est légal. » Perplexe et inquiet devant la condition toujours inexpliquée de Lily, un des deux clients a pris son téléphone et a appelé son ado.

Mystère résolu

Un ami était venu à la maison et il semble qu’il avait du cannabis sur lui. Dans l’histoire, il était plausible que Lily en ait mangé.

J’ai rassuré les parents en leur affirmant que « ça arrive plus souvent qu’on pense » et qu’au moins, Lily n’avait pas un trouble de santé grave. Lily avait donc une intoxication au cannabis, une affection temporaire qui devait, avec des soins de base, entrer dans l’ordre rapidement sans laisser de séquelle.

J’ai gardé Lily en hospitalisation quelques heures sous bonne surveillance. Mes techniciennes lui ont installé une perfusion et elle a reçu des fluides intraveineux. Elle a également reçu une injection d’un médicament anti-nausées et j’ai préparé un plan de suivi pour la journée. État mental, suivi des pupilles, suivi de la température et de sa fréquence cardiaque et respiratoire.

Après quelques heures, les symptômes de Lily s’étaient tous estompés. Lily est donc repartie à la maison sur ses quatre pattes, bien solides cette fois-ci !

Tout le monde a eu une belle frousse, l’ado de la famille y compris ! Heureusement, Lily n’aura aucune conséquence à long terme de sa mésaventure. La morale de l’histoire est que, bien que le cannabis ait été légalisée, il continue de ne pas faire bon ménage avec la santé de nos animaux de compagnie. Comme il ne nous viendrait pas à l’esprit de laisser traîner des médicaments sous ordonnance dans l’environnement de Félix ou de Milou, il en va de même pour le cannabis. Même en petite quantité, il cause des malaises importants à nos animaux de compagnie. Soyez vigilants.

Du même auteur

Le cannabis et nos animaux de compagnie