logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Qu’est-ce qu’il y a de plus dangereux en ville par les temps qui courent? Moi!

J’ai appelé ma fille qui devait être écrasée quelque part sur un divan. Elle est arrivée dans mon bureau avec un regard reflétant une certaine frayeur. Je lui ai remis le livre que j’avais commandé pour elle (The Tao of Pooh, que j’adorais quand j’avais son âge). Elle a poussé un soupir de soulagement et a relâché ces mots: fiou! Je croyais que tu allais me demander de nettoyer quelque chose!

Euh… Non… Je voulais juste te faire plaisir.

Mais suis-je si épeurante? Ça a l’air que dans mon Far Ouest à moi, oui! Je le désigne ainsi, car malgré toutes mes tentatives, je ne suis jamais arrivée à appliquer la loi du rangement. En fait, ça s’en vient, mais ce n’est pas encore le paradis. Vous savez, le paradis… L’endroit où les gens ramassent leur vaisselle après chaque repas et laissent même leur activité de côté pour aider à réaliser un projet, genre, sortir les meubles dans la cour aux changements de saison…

Pis là, avec les vacances qui arrivent, les choses ne vont pas s’améliorer. Certes, il n’y aura plus de boîtes à lunch ni de thermos à nettoyer (pour les chanceux qui n’ont pas de camp d’été), mais les chaussettes déposées sous la table de la cuisine en guise de remerciement pour le bon souper resteront.

Mes amours… Ils ne comprendront jamais pourquoi le fait qu’ils laissent négligemment la boîte de céréales ou leur dégât de jus collé sur le comptoir peut avoir l’effet d’une bombe dans mon cœur. Ils ne comprendront pas non plus le concept de celui qui laisse tomber ramasse. Ou mieux, le concept de l’escalier : les choses que nous mettons au bas de l’escalier (comme les brosses à cheveux, les serviettes mouillées) doivent être montées et replacées là où elles vont et les choses que nous avons sorties de leur chambre et déposées à la vue de tous en haut de l’escalier (comme les verres et la vaisselle croutée) doivent être descendues à la cuisine.

Ironiquement, on reprochera aux mamans d’être des éternelles insatisfaites plutôt que de partager les responsabilités. « Quand une femme est cataloguée comme trop exigeante, elle ne fait que trop souvent que réclamer la réciprocité des attentions qu’elle prodigue » écrit Mona Chollet, dans son livre Réinventer l’amour, un livre que je suggère à toutes, et à tous. Je parle en tant que mère ici, mais vous pouvez remplacer le sujet par ce qui fera votre affaire. Ceux qui prennent soin de l’intérieur, qui le font pour le bien-être de tous, pour que la maison soit reposante quand on y dépose les yeux et qu’elle sente bon quand on inspire dedans se reconnaitront… Et ces personnes ont autant besoin de repos que les autres!

Les vacances, c’est pour qui au juste?

Pour ceux qui n’ont pas de projet d’amélioration locative! Ajoute un patio à refaire dans ton cocktail d’été et tes vacances sont scrappées. On le sait, c’est toujours plus long, plus compliqué qu’il n’en paraît au départ. En ce moment, j’aimerais commencer le mien, mais je me retiens. La ligne est mince entre amélioration et aliénation! Je sais que cela va me prendre toute la tête. J’aimerais d’ailleurs saluer ceux qui ont été frappés par la panne d’électricité la semaine dernière et qui ont vu leur toit et leurs économies s’envoler. Une liste de travaux non planifiés s’est ajoutée aux activités de la saison et je compatis. Sincèrement.

Il va falloir être patient.

Encore faudrait-il être capable de se reposer dans le fouillis de nos vies. Ou de ce qui semble être un fouillis! Certains d’entre nous ont été tant conditionnées à porter le regard sur les détails qu’il nous est difficile de comprendre comment ceux qui nous entourent ne saisissent pas que nous ne pourrons nous reposer tant que les coussins ne seront pas replacés savamment sur le divan. Alors on doit choisir, à défaut de passer nos vacances sur la Lune, là où les trucs de nos ados pourraient simplement se volatiliser, en apesanteur dans l’espace.

Amenez-en (pas) des projets!

Qu’est-ce qui a le plus de valeur? Le temps. Le vôtre. Même les plus fortunés ne peuvent pas l’acheter. Prenez soin de vous et choisissez vos projets. Vous avez même le droit d’en refuser certains, juste pour être sûrs qu’il vous reste un peu de temps pour lire ou rêvasser aux vacances dans un hamac, à l’ombre des détritus de votre progéniture et des partenaires de vie. Cela sera le plus beau projet de votre été, je vous le promets!

Pour vous, et rien que pour vous, j’ai fait quelques listes qui n’ont rien à voir avec le ménage et juste au plaisir. Y figure entre autres la rédaction d’un article sur les maillots de bain qui devrait sortir cette semaine, d’un autre sur les nouveautés resto et peut-être quelques-uns sur des suggestions de livres que je lirai cet été, le tout en testant des crèmes solaires.

Bonnes vacances!

Nous vous proposons

Qu’est-ce qu’il y a de plus dangereux en ville par les temps qui courent? Moi!