logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Photo: Carl Lessard

La libido sous la glace? En avril, découvre-toi !

Attention, dans ce texte, je parle s*xualité, si vous n’êtes pas dans le mood, ne vous en faites pas, revenez me voir plus tard!  

Si vous sentez la fièvre du printemps vous chatouiller déjà, j’en suis bien heureuse ! Mais si vous êtes de ceux et celles qui ont la libido encore sous glace, sachez que vous n’êtes pas seul et que j’ai plein de suggestions pour vous titiller, si ce n’est au moins que l’esprit!

À ce qui paraît, nous, les femmes, serions assises sur une corne d’abondance de plaisir sensuel et sexuel, sans toujours le savoir. Ce printemps, différentes productions télévisuelles se sont donné le mot (peut-être était-ce un cadeau de fin de pandémie?) et ont conquis mon cœur. J’avais en ce début de saison, envie de partager mes plus belles découvertes.

LES PRINCIPES DU PLAISIR SUR NETFLIX

Le sexe, la joie et la science moderne convergent dans cette série netflixienne éclairante qui célèbre le monde complexe du plaisir féminin. Les principes du plaisir nous fait réfléchir sur l’égalité orgasmique, découvrir le principe du plaisir et l’interception et nous incitent à enfin aimer notre corps.

L’égalité orgasmique

Selon l’une des nombreuses intervenantes de la série, il semblerait que l’inégalité en matière d’orgasmes entre les hommes et les femmes est encore plus importante que les inégalités salariales.

« Les femmes vont passer des années avec quelqu’un sans jamais remettre en question qu’elles n’éprouvent aucun plaisir et le plus surprenant est qu’elles n’abordent pas le sujet avec leur partenaire. Comme si c’était quelque chose de normal. »

Statistiquement, les hommes hétérosexuels cisgenres ont un taux orgasmique de 95% pendant les relations sexuelles, tandis que les femmes hétérosexuelles cisgenres en ont seulement 66% du temps. Les lesbiennes entre elles ont un taux orgasmique plus appréciable de 86 %. Est-ce parce que les femmes ont généralement une meilleure façon de communiquer? Chose certaine, le seul fait de développer son langage amoureux avec l’autre et surtout, d’apprendre à s’aimer soi-même, que l’on soit en couple ou célibataire, peut faire toute la différence.

Le principe du plaisir et l’interception

Explorer son corps pour comprendre ce qui est agréable et ce qui ne l’est pas peut nous aider à développer un formidable 6e sens que l’on appelle interception. Il faut regarder la série ne serait-ce que pour apprendre ce mot qui désigne la capacité à percevoir ce qui se passe dans notre corps. Certaines personnes sont, par exemple, très conscientes de leur état physique. Ce n’est pas mauvais du tout, contrairement à ce que l’on pourrait penser! C’est d’ailleurs très santé! Ces personnes peuvent sentir les premiers signes de tension musculaire ou même de crise cardiaque. C’est aussi grâce à l’interception que des femmes savent quand elles ovulent. Selon une spécialiste du documentaire, cette capacité nous permet aussi de détecter les signes précurseurs de l’excitation et de comprendre comment on peut amplifier ces signaux par la suite.

Sans connaître leur corps, ressentir les signaux qu’il leur envoie et faire une exploration féminine délibérée, des filles et des femmes peuvent vivre toute une vie sans jamais découvrir certaines sensations. Selon les spécialistes en la matière, il faudrait normaliser la masturbation chez les jeunes femmes comme étant une méthode pour apprendre à connaître son corps et savoir ce qui est agréable ou non. Elles seront plus indépendantes et aptes au plaisir quand elles auront un ou une partenaire plus tard.

Pourtant, dans le cadre de la santé sexuelle, on remarque que la masturbation est un sujet très genré. Quel parent n’a pas ri et raconté à ses amis avoir dû ramasser les nombreux papiers-mouchoirs sous le lit de son adolescent, mais refuse d’imaginer que son adolescente ait autant de besoins physiques? Par gêne, on ne soulève jamais la question, ni va-t-on comme on fait avec les garçons leur donner un “budget condom” ou mentionner l’existence des jouets sexuels (qu’on retrouve, d’ailleurs, dans toute bonne pharmacie). C’est comme si la société racontait aux jeunes filles que le plaisir intime qu’elles se donnent est sale alors que les humains sont tous créés égaux.

Apprendre à aimer son corps une fois pour toutes

On a parlé d’écouter et d’explorer son corps physique, mais encore faut-il qu’on l’aime ce corps pour avoir envie de le faire. Il n’est pas toujours facile d’apprécier le reflet du miroir alors comment arriver à ressentir assez de désir pour prendre l’habitude de se toucher?

Dans l’un des épisodes de la série, la sexologue et autrice du livre Come as you are Emily Nagoski dont je vous ai déjà parlé ici mentionne un exercice pour apprendre à aimer son corps, tel qu’il est.

  • Placez-vous devant un miroir avec le moins de vêtements possible.
  • Écrivez tout ce que vous aimez.
  • Vous aimez vos orteils, vos oreilles ou vos sourcils? Écrivez-le. Si c’est votre nombril, écrivez-le aussi!
  • Recommencez le lendemain et le surlendemain.

Au début vous serez peut-être submergé de pensées qui ne sont pas nécessairement positives. C’est ce que l’on vous a appris sur ce qui n’est supposément pas assez bien. Mettez cela de côté et cherchez les choses que vous aimez ou appréciez chez vous. En le faisant souvent, vous apprendrez petit à petit à avoir un regard plus objectif sur votre corps. Emily Nagoski est formelle « vous verrez ainsi que vous contribuez à créer un monde dans lequel les personnes qui nous entourent ont le droit d’aimer leur corps. Un monde dans lequel nos filles, nos mères auraient la possibilité de s’aimer telles qu’elles sont. »

Photo: Carl Lessard

LOVE, SEX AND GOOP SUR NETFLIX

Savoir et exprimer ce que l’on aime au lit n’est pas toujours aussi simple qu’on l’aimerait. En ce sens, la dernière série produite par Elise Lohnen et Gwyneth Paltrow pour Goop et diffusée sur Netflix est révélatrice. Dans Love, Sex and Goop des couples d’âge et d’intérêts différents sont invités dans une retraite pour apprendre à mieux se connaître et atteindre le nirvana. Ces couples rencontrent des spécialistes et sexologues dont la Britannique Jaiya Ma, créatrice du système The Blueprint Breakthrough, qui définit 5 personnalités sexuelles distinctes: la sensuelle, la sexuelle, la coquine, l’énergique et la métamorphe.

Ces profils dépendent des préférences, des fantasmes, mais surtout de la sensualité innée de chacun. Vous pouvez même faire le test (il y a une version gratuite et une plus poussée, coûtant 17$ US). Si vous décidez de le faire avec votre partenaire, vous risquez de vous surprendre l’un et l’autre comme l’ont été les couples de l’émission de Netflix. Vous pourriez entre autres découvrir que ce que vous pensiez être est assez différent de ce que vous imaginiez! Aussi, il n’est pas rare que dans un couple, les contraires s’attirent. On ira alors amplifier les schémas minoritaires (comme un ascendant dans une carte du ciel) pour se connecter l’un avec l’autre et surtout, apprendre à parler la même langue. Si vous voulez en savoir plus sur les différentes personnalités, je vous en parlais ici.

TU RESPLENDIS, AS-TU QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU?

On dit que le sexe peut pour donner un petit « glow ». C’est l’idée derrière le nom d’une jeune compagnie québécoise, Afterglo, qui se spécialise dans les jouets sexuels non genrés. Leur mots d’ordre? Respect et de discrétion. À un point tel que je connaissais l’un des fondateurs, sans le savoir!  L’équipe d’Afterglo, rêve que tout le monde se sente libre de découvrir ce qui leur fait du bien; à leur rythme, sans jugement et en toute confiance.

Que vous suiviez la marque sur Instagram ou que vous visitiez la boutique en ligne, vous en apprendrez beaucoup sur la sexualité, car l’équipe s’est entourée de textes de blogueurs spécialistes en la matière, des sexologues ferrés qui offrent plein d’info gratuite, car on n’a jamais fini d’apprendre!

Du même auteur

La libido sous la glace? En avril, découvre-toi !