logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
rubanrose.org

Observe tes seins, t’es pas trop jeune!

Depuis le temps, vous connaissez mon implication auprès de la Fondation du cancer du sein du Québec.

Au cours des 16 dernières années, j’ai eu la chance de faire des rencontres enrichissantes et bouleversantes qui ont changé ma vie et ma vision de la maladie. J’ai reçu des dizaines de témoignages je suis si reconnaissante que les femmes atteintes me fassent confiance et viennent vers moi.

Il y a quelque temps, une jeune femme m’a écrit pour me dire que, grâce à un reportage qu’elle avait vu ado dans lequel j’insistais sur l’importance de pratiquer l’observation des seins pour déceler des changements soudains et persistants, elle avait alerté son médecin qui lui a diagnostiqué un cancer très agressif. À 27 ans.

Saviez-vous que le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes de 30 à 49 ans et la principale cause de décès par cancer pour le même groupe d’âge? De tous les décès par cancer, 17 % sont dus au cancer du sein. C’est beaucoup. C’est trop.

Étant moi-même maman de deux jeunes femmes et belle-maman d’une grande fille de 31 ans, je ne peux qu’être sensible à ces statistiques très préoccupantes.

Les recherches démontrent que les jeunes femmes sont moins enclines que les plus âgées à consulter un médecin lorsqu’elles perçoivent un changement important dans un de leur sein. Elles croient souvent, à tort, que le cancer du sein ne peut les concerner vu leur jeune âge. Lorsqu’elles consultent, il arrive que leur médecin de famille leur conseille d’attendre pour voir si le symptôme disparaît. C’est pourquoi la sensibilisation est la clé vers un dépistage rapide.

RUBANROSE.ORG

L’OBSERVATION DES SEINS, un geste pour tous

Il faut absolument mettre l’emphase sur l’importance de connaître ses seins, quel que soit notre sexe ou celui auquel on s’identifie. Il n’y a pas de méthode en particulier. On conseille de palper les deux seins en entier, du mamelon en passant par les clavicules et les aisselles, et ce, régulièrement afin d’être à l’affût de changements soudains et persistants. Personne ne devrait mieux connaître vos seins que vous-même.

Il est important de noter que le cancer du sein peut aussi toucher les personnes nées en étant assignées au genre masculin. Celles-ci représentent moins de 1 % des cas au Québec. Le 1 % que représente ces personnes est toutefois 1 % de trop, et elles sont encouragés à porter attention à la santé de leurs seins et à contacter la FCSQ si elles ont des questions.

Vous pouvez consulter l’aide-mémoire plus bas afin d’identifier les signes et symptômes à surveiller.

Pour toute question ou doute en lien avec le cancer du sein, appelez la Fondation Cancer du sein au 1-855-561-ROSE ou consulter le site web au rubanrose.org

Des professionnels vous écouterons et vous guideront vers les ressources appropriées.

Au nom de nos sœurs, nos filles, nos cousines, leurs copines, nos amies, passons le mot.

Soyons des allié.e.s pour la santé des seins!

Mitsou xxx

Du même auteur

Observe tes seins, t’es pas trop jeune!