logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Photo Benjamin Manley

Famille : quand les enfants crient à l’injustice

« Il en a plus que moi » !
« C’est injuste » !
« C’est n’est pas moi, c’est lui » !

Est-ce que ce sont des phrases qui vous sont familières ?

Si oui, c’est peut-être que l’injustice règne dans votre famille.

Les enfants ont très tôt le sens de la justice, ils sont sensibles aux différences de traitement entre fratries, ils démontrent une excellente observation entre eux-mêmes.

Il est nécessaire en tant que parent de bien connaître les domaines sensibles de nos enfants au sujet de la justice, dans le but d’éviter de la frustration, du négativisme et même des crises.

Si vous constatez que votre enfant est jaloux, agressif, et dominant avec la fratrie, c’est peut-être qu’il sent une préférence affective à sa sœur ou son frère plus qu’à lui. Ce qui entraîne pour lui un préjudice. Les enfants détectent très tôt les préférences affectives.

Si vous entendez vos enfants comparer leur quantité de bonbons, de macaronis dans leur assiette ou bien leur construction en lego en disant : « Il en a plus que moi » ! « Le sien est plus gros que le mien » ! La problématique vient au niveau de la gratification. L’enfant se sent moins gratifié que l’autre.

Si votre enfant vous dit : « C’est toujours de ma faute » ! « Tu ne me crois jamais » ! Le problème est plutôt que votre enfant se sent plus puni et pense recevoir plus de négativité et de remontrance que votre autre enfant. Il se voit vivre moins de réussites et de succès.

Les conséquences majeures de cette dynamique familiale sont l’estime et la confiance de vos enfants.

Voici les attitudes à éviter pour diminuer le sentiment d’injustice et augmenter l’estime et la confiance de vos enfants.

Ne pas ignorer les sentiments de vos enfants. Vous devez nommer ce que vous voyez ou entendez avec des faits et non des jugements. Par exemple, vous pourriez dire à votre enfant : « J’entends que tu es déçu de la situation, avec le vocabulaire que tu utilises en ce moment ».

Éviter de vouloir exercer la justice de manière égalitaire, mais plutôt équitable.

On ne donne pas de fausse gratification aux enfants, comme on ne donne pas une conséquence à toute la fratrie, dans le but de ne pas faire de différence entre les enfants. Nous reconnaissons nos enfants selon ce qu’ils nous démontrent de bon et la même chose pour les conséquences, nous donnons les conséquences à ceux qui vont hors route, pour qu’ils aient la chance de revenir sur le bon chemin.

L’équité est fondée sur une analyse fine, une présence en conscience du parent. L’enfant est très sensible et reconnaît très bien ce qui est vrai de ce qui est faux. Il sait comment il doit agir pour une reconnaissance ou pour une conséquence, rien ne sert de dire des compliments que nous ne sentons pas et des conséquences inappropriées pour être égalitaire dans la fratrie.

Soyez équitables cherchez à ne pas blâmer, blesser ou humilier. Soyez bienveillants et intéressez-vous à la vie affective de votre enfant vous pourrez ainsi transmettre vos valeurs et chacun des membres de la famille se sentira respecté, ce qui apportera de l’harmonie dans votre famille.

Nous vous proposons

Famille : quand les enfants crient à l’injustice