logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Photo: Adeline Aubame

Sandy Duperval en mots et musique

J’avais très hâte de discuter avec Sandy Duperval, que j’ai souvent la chance de croiser à divers événements. C’est une artiste que j’admire beaucoup, tant pour son talent de DJ, de productrice, d’animatrice, de musicienne et de chanteuse que par son implication dans divers mouvements tels Black Lives Matter et la lutte contre la lesbophobie. 

Photo: Candice Pantin Photography

15 ans après avoir quitté l’aventure Star Académie, après avoir fait la première partie d’artistes renommés tels que Bob Sinclair, Lil Jon, Ultra Nate, Carnage, Travis Scott, Chus & Ceballos, Morabito et Ruby Rose et après avoir été porte-parole de Fierté Montréal en 2020, elle sort son premier EP, Ad-Vitam. 

C’est une femme inspirante que j’ai rencontrée.

D’où vient ta passion pour la musique? 

Ça a débuté d’une façon plus triste que ce que ma passion est devenue. J’ai commencé à chanter à l’âge de 3 ans, à la garderie, où on m’a filmée pour l’émission Passe-Partout. Dans ma tête, je me disais que si j’étais à la télé, mes parents reviendraient me chercher, ce qui n’est pas arrivé. Comme ils étaient très jeunes, c’est ma grand-mère qui m’a prise sous son aile. Plus tard, j’ai compris que c’était le meilleur des scénarios. Je désirais être populaire pour que toute la famille se réunisse. Ce n’est pas ce qui s’est passé! Ma grand-mère, qui a vu quelque chose de spécial en moi, m’a inscrite au Conservatoire de musique moderne et j’ai beaucoup chanté dans les Églises. Cela m’a permis d’avoir une plate-forme pour évoluer. La musique a toujours été synonyme d’émotions et de communication. C’est la meilleure façon de passer mon message et d’en tirer du positif. 

C’est ce qu’on ressent justement dans ta voix : une histoire, une richesse. Tu es une personne très impliquée, notamment avec le mouvement Black Lives Matter et la lutte contre la lesbophobie. En quoi est-ce que cela t’influence en tant que chanteuse et auteure‑compositrice? 

Cela m’influence de plus en plus. Je réalise qu’en tant qu’artiste, je suis une hypersensible. J’ai énormément d’empathie et de compassion. Ce n’est plus assez de se plaindre. Moi, je me suis dit que je voulais faire partie de la solution. Je suis très inspirée par les gens qui m’ont aidée dans mon cheminement et je voulais redonner, à ma façon.

Impossible de rester assis en écoutant la pièce 0. C’est rythmé, sensuel et envoûtant. Le magnifique clip O Sandy Duperval dans lequel l’amour entre femmes est pleinement assumé est chaleureux et rassembleur. Est-ce qu’on retrouve cette même ambiance dans Ad-Vitam?

 Mon album est un retour aux sources pour moi. J’ai étudié en gospel, en soul et en jazz. Cet album est un hymne à mes débuts. Chaque histoire que j’ai vécue a changé ma perspective. Le soul a toujours fait partie de moi et j’ai trouvé que c’était la meilleure façon de me réintroduire, de commencer par le tout début, avec des histoires actuelles qui racontent ce que je vis maintenant. 

La plus grande influence de cet album est Teri Moïse. C’est une hypersensible elle aussi. Son histoire et son rapport avec son art m’interpellent beaucoup. Comme elle, je suis très attachée à ma musique, à l’art que je crée. Au niveau du son et des textes, je voulais rendre justice à cette idole qui a donné sa vie pour sa musique.

Comment as-tu senti que c’était le moment idéal pour enfin partager ta musique avec nous tous?

La pandémie a été le coup de grâce. J’ai toujours remis à demain et avec cette pandémie, j’ai appris que le futur ne m’appartient pas. C’est maintenant ou jamais.   

Tu sembles être une femme remplie de projets. À quoi peut-on s’attendre? Des concerts peut-être?

L’album est sorti, je me lance! Il y aura des concerts, c’est certain. Je termine également mon bac en gestion. Aussi, depuis que je suis toute petite, je cuisine et je suis maintenant chef. J’aimerais bien trouver des moyens de connecter la musique et l’art culinaire. Les 2 nourrissent l’âme et le corps. C’est ce que j’ai le goût d’explorer. J’ai de beaux projets en tête comme celui où j’apprendrais à des enfants à non seulement cuisiner, mais aussi à cultiver les aliments. Plus on s’approche de la nature, plus on va la respecter. 

Justement, tu sembles avoir un attachement profond avec la nature. 

Dans cette aventure, j’ai rencontré l’équipe de Kyoto Fleurs. 

Ils ont confectionné la robe que je porte sur la pochette de mon album. C’est l’une de nos rencontres m’a aussi inspiré la chanson À fleur de peau. L’équipe a compris ma vision et m’a éblouie par leur créativité. 

Je retiens 3 mots à ce bel échange : famille, passion et création.

Je vous invite à explorer le site internet de Sandy Duperval pour y écouter son album, connaître ses dates de concerts et, tout simplement, pour vous inspirer. 

Merci à Sandy Duperval pour cet entretien et à Nathalie Roy pour la coordination. 

Photo: Adeline Aubame

Nous vous proposons

Sandy Duperval en mots et musique