logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Shutterstock

11 questions à une dermatologue experte de la médecine esthétique

La semaine dernière, j’ai eu la chance d’avoir en Facebook live, Dre Michèle Ohayon, dermatologue spécialisée en médecine esthétique et directrice médicale du réseau Medicart. Il n’y a pas plus formée et renseignée qu’elle au Québec pour répondre aux questions concernant les nouveautés et tendances en médecine esthétique. Dre Ohayon est une experte en injections de neuromodulateurs et d’agents  de comblement. De plus, elle est l’un des quelques médecins canadiens ayant suivi une formation privée directement avec le célèbre chirurgien esthétique brésilien Dr Mauricio de Maio, qui a mis au point les concepts novateurs MD Codes en matière d’injections de comblement. Dre Ohayon est aujourd’hui formatrice en MD Codes au Québec. Elle a d’ailleurs formé tous les médecins du réseau Medicart/Epiderma. Elle se spécialise dans le rajeunissement avec les agents de comblements pour donner un aspect naturel qui soit en harmonie avec la structure du visage du patient. Je vais vous mettre la vidéo dans la section « vidéo » de Mitsou Magazine, mais je vous donne ici les réponses à mes questions personnelles. 

Son visage vous dit quelque chose? Vous l’avez peut-être vue à l’émission Quel âge me donnez-vous? qui était diffusée à Canal Vie il y a quelques années.

Mitsou : Beaucoup de choses ont changé en médecine esthétique ces dernières années. Quel est le plus grand pas qui a été franchi dans la technologie? 

Dre Ohayon : Certainement la façon d’analyser les visages de Mauricio de Maio, que l’on appelle les MD Codes. Je suis l’un des 5 médecins canadiens qui ont eu la chance de suivre une formation privée avec Dr De Maio. C’est une méthode qui permet de savoir répondre exactement aux attentes des patients en tenant compte de l’architecture de leur visage bien sûr, mais aussi de ce qu’ils veulent et ressentent. Il existe souvent une différence entre ce que ceux-ci veulent et ce dont ils ont besoin. C’est parfois une petite ride sur la joue ou une tache sur le front qui incite une patiente à venir me consulter, mais en posant les bonnes questions, on réalise qu’elle souhaite avoir l’air moins sévère, plus féminine et moins fatiguée. Je donne à mes patients une feuille sur laquelle se trouvent des attributs émotionnels positifs (je veux avoir l’air plus jeune, plus jolie, plus féminine, plus attrayante, etc.) et des attributs émotionnels négatifs (je veux avoir l’air moins fatiguée, moins triste, moins sévère, moins flasque) et je leur demande d’en choisir 3. La plupart des patients en choisissent 2 négatifs et 1 positif. À partir de là, je peux leur dire que pour obtenir tel et tel attribut, je dois faire ceci et ceci et vous vous sentirez comme cela. On développe donc un langage commun et on établit un plan.

Mitsou : Est-ce qu’avoir l’air plus jeune est l’objectif ultime?

Dre Ohayon : Pas du tout! Avant d’avoir l’air plus jeune, il faut avoir l’air moins fatigué, moins triste et moins sévère. Alors comme médecin injecteur, on doit toujours travailler en ce sens.

Mitsou : Que faites-vous si les attentes vous semblent trop élevées ou que la détresse est trop présente?

Dre Ohayon : La rencontre sera plus longue. Je prendrai le temps d’expliquer au patient les techniques à faire, mes recommandations. Je ne ferai jamais un traitement qui n’est pas nécessaire. À mon avis, si vous êtes capable de voir quelqu’un qui est injecté c’est parce que c’est mal fait. Il faut tenir compte des proportions, avoir une harmonie et bien choisir le style d’injection. C’est la responsabilité de l’injecteur. 

Mitsou : Quelles sont les modes en ce moment en médecine esthétique?

Dre Ohayon : Il y a tellement de modes. Il faut toujours prendre les choses avec un grain de sel. Comme médecin, on assiste à des congrès. Il y a des choses que je prends, d’autres que je laisse. Je n’aime pas qu’il y ait des modes en médecine esthétique. La mode est quelque chose qui passe. Un visage ne doit pas suivre la mode. Il y a une harmonie à suivre. Par exemple, les grosses lèvres ne font pas à tout le monde! Pour avoir de grandes lèvres, il ne faut pas avoir de petits yeux. Il faut comprendre ce que le visage nous dit. Sinon on se retrouve à ressembler à un poisson-lune! Ou encore on a la bouche comme un pneu de tracteur, avec la nouvelle mode des « Russian lips ».

Mitsou : Est-ce qu’un visage peut se rabaisser parce que l’on a trop pleuré?

Dre Ohayon : Je dirais non. On peut avoir des poches sous les yeux parce qu’on a trop pleuré, mais ça ne changera pas l’architecture du visage. Ce qui peut arriver, c’est qu’à ce moment-là, les gens se regardent et réalisent qu’ils ont l’air fatigués. La fatigue était là avant, les signes n’apparaissent pas du jour au lendemain.

Mitsou : Comment voit-on la tristesse?

Dre Ohayon : Les rides de type marionnettes qui partent des coins de la bouche et descendent vers le menton dégagent de la tristesse. On a aussi l’air triste lorsque la laxité de la peau se perd et que des bajoues se forment sous la mâchoire. On peut dire que l’on perd le triangle du visage et on doit d’abord travailler là-dessus.

Mitsou : Faites-vous toujours exactement ce que vos patients demandent?

Dre Ohayon : Ce ne sont pas eux qui sont les experts! On a beau faire de l’esthétique, on est des médecins. Ils doivent nous faire confiance. Tu vois, même si mes patients croient souvent avoir identifié leur problème, 95 % d’entre eux je ne les injecte pas là où ils ont initialement demandé. À force de voir l’arbre, on ne voit pas la forêt. Moi, je vois l’ensemble et je redonne le triangle au visage. C’est ce qui fait paraitre plus jeune. 

Mitsou : Pouvez-vous me parler de cette nouvelle technique dont on entend parler, le plasma riche en plaquettes?

Dre Ohayon : Le plasma riche en plaquettes ou PRP, c’est une technique faite avec une prise de prise de sang. On récupère le plasma et on fait des microperforations sur la peau pour le faire pénétrer et aider à améliorer la production de collagène. 

Mitsou : Est-ce que les outils que l’on voit sur le Web pour faire les microperforations sont un choix acceptable?

Dre Ohayon : Tout peut être dangereux dans les mauvaises mains! Et c’est toujours risqué de faire soi-même des choses qui sont plus invasives. Mieux vaut consulter un professionnel.

Mitsou : Est-ce que ça fait mal? 

Dre Ohayon : Non, on applique des crèmes anesthésiantes alors les patients sont confortables pendant la procédure. 

Mitsou : Ce que je comprends, c’est que la médecine esthétique est quelque part entre l’architecture et l’art?

Dre Ohayon : Exactement! Avant d’entrer en médecine, j’ai hésité à aller étudier l’art. Dans mes temps libres, je fais de la peinture, je travaille de mes mains. Je vis mes deux passions en même temps! J’ai choisi la dermatologie parce que c’est un domaine visuel et tactile. Avec toutes mes formations et mon expérience, je peux dire que je fais aujourd’hui de l’art en médecine.

Avant, j’étais une bonne injectrice. Mais j’avais parfois des doutes. Je me disais « il me semble que c’est la meilleure chose à faire.» Aujourd’hui, avec les MD Codes, le doute n’existe plus.   Maintenant, je sais ce qui va être bien. J’en parle avec passion, car c’est de la médecine, de l’architecture et de l’harmonie, ayant pour objectif un résultat toujours des plus naturels. 

Un petit mot au sujet de Medicart

Medicart est un réseau de cliniques complémentaires spécialisées en dermatologie, en phlébologie et en médecine esthétique. Medicart est propriétaire des 30 cliniques Epiderma au Québec, incluant une clinique virtuelle, et de 5 cliniques Medicart au Québec et en Ontario. Leur vision est d’offrir aux consommateurs la gamme la plus complète de soins de beauté et de bien-être, dispensés de façon sécuritaire et accessible, par des professionnels de la santé et des techniciennes expérimentées. Et pour en apprendre davantage sur les différents traitements offerts chez Medicart, visitez leur site web : www.medicart.com.

Dre Ohayon pratique à la clinique Medicart dermatologie esthétique située à Ville Saint-Laurent, à Montréal. Cette clinique offre les injections de neuromodulateurs et d’agents de comblement, le CoolSculpting, le détatouage par laser, le plasma riche en plaquettes (PRP), le Belkyra, le photorajeunissement, le traitement de la couperose et de la celullite, les peelings Viviver, le rajeunissement dermique, le laser profractional et l’épilation par laser.   

Pour voir l’entrevue complète avec Dre Michèle Ohayon, dermatologue, visitez la section « Vidéos » de Mitsou Magazine.

Du même auteur

11 questions à une dermatologue experte de la médecine esthétique