logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Un thriller sur la cyberintimidation avec Laurence Leboeuf

Une nouvelle série avec Laurence Leboeuf et Éric Bruneau, c’est oui… MERCI!

Pour la rentrée, s’il y a bien une série que vous devez mettre à votre agenda, c’est Le Jeu! Ce nouveau thriller met en lumière la cyberintimidation, un phénomène de société peu abordé en fiction, mais qui prend pourtant de plus en plus d’ampleur au Québec et partout dans le monde. Chargé d’émotions, Le Jeu traite, en 10 épisodes d’une heure, de la dérive des médias sociaux et des dommages collatéraux que ce fléau social peut parfois entraîner.

Épingler

Marianne (Laurence Leboeuf) est une étoile montante dans le milieu de la conception de jeux vidéo; un univers compétitif où les femmes ont de la difficulté à s’imposer. À l’aube de la trentaine, elle développe son propre jeu dans un grand studio montréalais, Arcade Games, où travaille également son chum Julien (Éric Bruneau). À la suite de sa participation à une entrevue, où elle dénonce les trolls qui déversent leur venin sur Internet, Marianne est aspirée dans une controverse qui enflamme les réseaux sociaux. Dans la foulée de cette tempête, elle est victime d’une agression dont elle n’aura aucun souvenir. Un blackout total qui la hante comme un cauchemar et dont elle tente d’élucider le mystère. La situation dégénère lorsqu’elle devient, sur le web, l’objet d’une campagne de dénigrement et de harcèlement qui empoisonne sa vie, mettant en danger sa sécurité et celle de ses proches. Malgré tous ces écueils, Marianne doit trouver la force et le courage de terminer à temps la création de son jeu, dont dépend son avenir professionnel. S’amorce alors une course contre la montre, semée d’embûches et de revers.

«C’est tout un thriller, le suspense prend au ventre! On a tous été un peu été happés par le rythme, par l’espèce d’angoisse qui plane et qui joue vraiment sur les nerfs! Mon personnage est conceptrice de jeux vidéo et elle vient de se faire engager dans une grosse boîte. Dans le premier épisode, lors d’un gala, il lui arrive quelque chose qui a fait en sorte qu’elle en oublie sa nuit… elle se demande si elle a été agressée, elle n’a plus aucun souvenir. Malgré cet état de choc, elle essaie de reconstituer les événements, elle tente de se souvenir. C’est terrorisant de penser que ça peut exister des histoires comme ça. Juste de savoir que ça existe… de savoir que ça arrive à du monde, que c’est vrai, que les auteurs se sont inspirés d’histoires vécues… C’est vraiment troublant jusqu’où va la cyberintimidation. J’espère que la série va faire réfléchir les gens, que ça va ouvrir les discussions… ça va peut-être faire sortir du monde qui vit ça tout seul… Parlez-en! J’espère que ça va encourager à dénoncer!», me confiait Laurence lors du visionnement de presse.

De son côté, Julianne Côté jouera un personnage très proche de Marianne, elle sera aux premières loges lorsqu’elle deviendra victime de cyberintimidation et cherchera à la protéger: «Je joue le rôle de Sandrine, qui travaille aux communications chez Arcade Games. Dans le fond, je suis au bureau, pas mal toutes mes scènes sont au bureau!  Je travaille à revamper l’image du studio, son empreinte Internet et ses réseaux sociaux. Je suis au coeur de tout ça… Quand il y a des trolls et des menaces, c’est souvent moi qui va les découvrir, qui va gérer la crise. Je suis très protectrice de Marianne; en tant que femmes, on se sert les coudes. Je vais essayer un peu de palier à l’intimidation qu’elle reçoit et aussi l’aider à gérer tout ça. Ça va prendre des proportions assez intenses, ce sera donc surtout de guider Marianne… Et puisque c’est un milieu d’hommes et que ceux impliqués dans l’intrigue ne penseront qu’au business, Sandrine sera un peu le côté plus sensible et humain à tout ça, consciente que des humains souffrent derrière tout ça… Je ne sauverai pas des vies (rires), mais ce sera un peu d’essayer d’aller trois coups d’avance et de tout le temps gérer les situations et de mettre en garde les gens!»

Épingler

Debbie Lynch-White, pour sa part, occupera la place d’une girl boss dans cette nouvelle série des plus éprouvantes: «Kim, c’est vraiment une bonne capitaine de bateau. C’est une fille qui a bûché dur pour être rendue où elle est, dans un milieu d’hommes, principalement. Elle ne s’en laisse donc pas imposer. Elle a un côté compétitif, elle aime sa job, elle va toujours jusqu’au bout! Elle a aussi un côté très protecteur et humain envers Marianne et envers son frère. Elle prendra donc Marianne sous son aile et agira comme son ange gardien, sa collègue qui la suit, mais qui ne se laissera pas marcher sur les pieds».

«C’est vraiment cool qu’il y ait autant de personnages féminins dans la série. Ça reste que c’est encore un milieu majoritairement masculin dans la réalité. Donc, c’est le fun qu’on ait dépeint ça», m’a-t-elle affirmé avant d’aborder le sujet qui donnera le pouls à la trame de l’émission: «On va aller plus loin que la simple intimidation. Et ce ne sera pas seulement autour des jeux vidéo. Ça va être sur les réseaux sociaux, dans la vie, etc… Tout ça, là! Je pense que ça va aller chercher beaucoup de gens! On s’est tous fait intimidés à un moment de notre vie et c’est important d’au moins en parler et de mettre des limites, de voir comment on gère ça, comme parents et comme ados!»

Épingler

«Mon personnage est Jonathan, un producteur de jeux vidéo. Il forme un team au sein de la boîte Arcade Games, l’endroit où ils développent les jeux vidéo, avec le personnage interprété par Éric Bruneau. On le découvre surtout dans un contexte de travail. C’est un leader… Et cette fois-ci, je suis un gentil!», m’a partagé Iannicko N’Doua, qu’on a pu voir dernièrement dans Fugueuse.

Épingler

Catherine Bérubé interprétera quant à elle un personnage bien différent de tous ses précédents: «On va découvrir un personnage très intéressant, qui va se démarquer de tous les personnages que j’ai tendance à jouer normalement. C’est un personnage qui est très effacé, très vulnérable. Elle sera habillée toute en beige et jamais maquillée. Ce sera un personnage très petit et très tourmenté. Elle a un gros passé, qu’on va apprendre à découvrir à travers la série».

Ce sera d’ailleurs la première fois qu’on pourra voir Laurence et Catherine partager l’écran ensemble: «On s’est croisées beaucoup beaucoup dans notre carrière, mais on n’a jamais eu l’occasion de jouer ensemble. On a joué dans des mêmes projets, mais c’est la première fois qu’on jouait ensemble. C’est drôle, parce qu’on s’était dit il y a plusieurs années qu’on ferait de bonnes soeurs à l’écran. Et notre pensée s’est maintenant réalisée! Ça a été génial de travailler avec elle. Laurence a une capacité de rendre ce qu’elle joue tellement naturellement!», m’a confié Catherine, bien excitée par rapport à cette nouvelle aventure!

Épingler

La série mettra aussi en vedette Maxim Gaudette en tant que président de la boîte, Monique Spaziani dans la peau de la maman de Marianne (qui sera bien malgré elle impliquée dans tous ces bouleversements), Julien CarrièreMathieu HandfieldAlice Moreault et Laura Compan!

Épingler

Ce nouveau thriller signé Mylène Chollet, Nadine Bismuth et Martin Girard s’annonce esthétiquement grandiose et psychologiquement effrayant, en plus de faire preuve d’un réalisme incroyable.

Le danger se fera nécessairement sentir dans Le Jeu, qui promet de nous tenir en haleine durant tout l’automne.

Rendez-vous sur TVA, dès le 10 septembre! Voici plus de photos du visionnement de presse:

À lire aussi:

Rentrée automne 2018: on vous dit quand commencent vos émissions!

Crédit photo: Karine Paradis
Étiquettes : , , , , ,

Un thriller sur la cyberintimidation avec Laurence Leboeuf