logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Quand Marie-Mai se réapproprie son image…

Quand Marie-Mai se réapproprie son image, elle a cette face-là… ça veut tout dire!

Deux ans après avoir mis au monde sa petite Gigi et quatre ans après avoir lancé son tout dernier album, M, Marie-Mai revient sous les feux des projecteurs. Pour ce grand retour plus qu’attendu qui marque une étape importante dans la carrière de l’auteure-compositrice-interprète, la chanteuse a choisi le Centre Bell pour dévoiler aux médias sa toute nouvelle équipe, tout comme le premier extrait d’un sixième album à paraître le 28 septembre prochain.

Émotive, Marie-Mai nous a livré un vibrant discours en début de conférence de presse, juste avant de nous présenter sa nouvelle chanson Empire.

«Enfin! Par où commencer? Je m’appelle Marie-Mai, j’ai 33 ans, je suis une maman et je suis une auteure-compositrice-interprèteEn 15 ans, il s’en est dit des choses à mon sujet! Tous les aspects de ma vie ont été exposés et depuis les dernières années, j’ai laissé les gens avoir la perception de moi qu’ils avaient envie d’avoir. Au lieu d’avoir à me justifier, j’ai pris du recul. J’ai disparu! Peut-être pas de vos télévisions, mais de mon cœur d’artiste. J’ai très peu parlé, mais pendant ce temps-là, je vivais les moments les plus forts et les plus beaux avec ma famille. Mais… je vivais aussi la plus grande remise en question de ma vie: est-ce que j’ai encore envie de faire ça? Et si oui, à quel prix? Au fil des deux dernières années, j’ai tout recommencé et rebâti autour de moi. J’avais le plaisir de m’épanouir et d’être au centre de ce que je fais, différemment, à ma façon, avec les personnes dont j’ai besoin aujourd’hui et demain. J’ai un noyau tissé serré autour de moi. Il y a Shanie Ladouceur, ma gérante, qui a toujours été là et qui est partie pendant un moment, pour revenir plus forte, un peu comme moi. Il y a aussi David Laflèche, mon chum, qui agit en tant que directeur artistique, pas nécessairement au niveau de la musique, mais plus au sens large de ce que je fais. C’est mon œil extérieur, c’est ma force tranquille. Il y a Anne-Marie Vangog, mon adjointe, qui dirige tout l’aspect administratif de la compagnie. On a un super beau bateau… et avec Junior Bombardier, mon attaché de presse, on a traversé vents et marées, mais on a toujours gardé le cap. Merci d’être ma team. Sur mon nouveau carnet de bord, j’ai choisi la famille Evenko/Spectra, avec qui j’ai collaboré pendant plusieurs années à la production des spectacles au Centre Bell, entre autres, et Jacques Aubé m’a toujours fait savoir qu’il serait toujours là pour moi et je l’apprécie beaucoup! J’ai rencontré aussi Francois Bissoondoyal au début de ma carrière. C’est un gars de musique, c’est un gars qui est très artistique, et on a cliqué instantanément, et ensuite j’ai rencontré Catherine Simard, et à partir de ce moment-là, je me suis rendue compte qu’on avait la même vision, le même objectif pour ma carrière; mais je tiens par contre à remercier toutes les compagnies de disque qui m’ont approchée dans ce processus-là parce que le moment où j’étais le plus vulnérable, vous m’avez fait sentir importante. Vous m’avez redonné confiance en moi et en mon industrie. Et vous m’avez tous montré votre support, bien au-delà de l’association en affaires, alors je l’apprécie vraiment beaucoup et je vous remercie. Je veux que vous sachiez que tout ce que je ne vous ai pas dit encore, depuis un certain temps, vous allez trouver ça sur mon album, tout ce que vous voulez savoir sur moi, sans filtre, sans retenue. Je ne veux plus faire place à l’interprétation en ce qui concerne ma personne. Je m’appelle Marie-Mai, j’ai 33 ans, je suis maman, et je suis auteure-compositrice-interprète. Merci!»

Épingler

Marie-Mai, ta petite Gigi courait sur la scène lors de la conférence de presse. C’était important pour toi d’être en famille pour cette grande annonce?

Pour moi, c’est important que Gigi soit là, parce qu’elle a eu un grand rôle dans ma direction artistique. Avoir Gigi, ça m’a réorientée, ça m’a confirmé beaucoup de choses… que je voulais être plus que jamais authentique, vraie, transparente dans ce que je fais, dans ma musique, dans mon discours, parce que je veux qu’elle soit fière de qui je suis en tant que femme. Après avoir voulu plaire, plaire, plaire à mon public tout le temps, après avoir passé les 15 dernières années à vouloir plaire aux autres,  là c’est à ELLE que je veux plaire! Je veux être forte pour elle. Mon monde a complètement changé depuis sa naissance et je veux être fière de moi, mais surtout qu’elle soit fière de sa maman!

Tu étais habituée à aller à 100 milles à l’heure avant, tu enchaînais projet après projet, que tu planifiais des mois à l’avance… Est-ce que ce sera pareil maintenant, avec la venue au monde de ta fille?

J’ai attendu quand même un certain temps pour reprendre le travail! Ma fille, elle a un an et trois mois maintenant, donc… c’est sûr que je vois mon retour au travail quand même de façon assumée. C’est correct, t’sais! Ma fille grandit, j’ai été présente pour elle, j’ai été là tous les jours. Je l’ai accompagnée et elle est heureuse, elle rayonne! Vous l’avez vue, elle n’est pas difficile, elle est tellement calme et super brillante! Elle se promène partout, va voir tout le monde. Elle est curieuse, pas difficile. Que demander de plus? Alors ça m’aide à me sentir en confiance et ça me déculpabilise de recommencer à travailler… et en même temps, je veux être un bon modèle pour elle et montrer que sa mère a de la drive, qu’elle a un discours, qu’elle a quelque chose à dire, qu’elle s’écoute et qu’elle se fait confiance!

Épingler

Ton amoureux David Laflèche était aussi présent!

On s’apporte beaucoup l’un l’autre. Il est mon roc, je peux toujours compter sur lui. Par contre, pour mon nouvel album, je n’avais pas nécessairement envie de travailler avec lui… et lui non plus. Je ne tenais pas à mélanger ma vie amoureuse avec ma vie professionnelle, même si c’est ce que la facilité nous dictait de faire. Mais, ça ne veut pas dire qu’il n’est pas présent pour m’aider si je lui expose une idée. David est dans le milieu depuis 25 ans, il est directeur artistique, il connaît tous les rouages du métier et surtout, il connaît les côtés plus techniques que je ne connais pas. Bref, il est là pour moi!

Parle-moi de ta nouvelle chanson Empire!

Il s’en est passé des choses dans les deux dernières années! Aujourd’hui, je me réapproprie ce que je fais et je me réapproprie mon art, ma musique et je suis vraiment contente d’en parler! Mon empire, c’est moi, c’est mon cœur. C’est vraiment mon cœur. Et… j’ai l’impression que depuis les deux dernières années, j’ai un peu disparu. Pas des télévisions, mais de mon cœur d’artiste. Je me suis éteinte. J’avais besoin de ça pour vivre autre chose. Mais, pour moi, cette chanson-là, ça a été le catalyseur de l’album en fait. J’ai eu un désir de parler de ce que j’ai vécu, et ce n’est pas toujours facile toutes ces remises en question! À partir du moment où j’ai pris des décisions, de me retrouver au centre de ma carrière, de partir, de devenir une femme d’affaires, d’être le capitaine de mon bateau, il y a quand même eu une période où j’étais toute seule dans mon bateau. Une période de doutes, disons. Et là, je me demandais si j’avais fait la bonne chose. Je me faisais confiance… mais, quand tu es toute nue et que tu n’as plus de filet, tu doutes. Tu te dis: «OK… peut-être ai-je vu trop gros et que finalement, je n’ai pas fait la bonne chose?» Avant d’entrer en studio, je me demandais si j’avais encore quelque chose à dire! Si j’avais encore ce feu-là à l’intérieur de moi qui brûlait! Le moment où je me suis remise à écrire a été une sorte de déclic, LE moment charnière où je me suis rebâtie.

Après ma rupture, j’entendais des choses qui ne me plaisaient pas. On se demandait si j’allais pouvoir continuer sans Fred, si le succès serait toujours là, si j’allais être capable de créer de nouveau. Pourtant, ça fait 15 ans que je dis à tout le monde que je suis une auteure-compositrice-interprète! C’est ce que je suis. C’est ce qui me définit! Si le message n’a pas été clair, c’est parce que les gens ne me connaissent pas réellement. À un moment, tu finis quasiment par croire les échos des gens, tu te dis: «C’est peut-être vrai que je ne suis pas capable d’écrire seule?» Ta confiance est ébranlée. Donc, ce sont toutes ces remises en question là que j’explore dans la chanson, mais aussi dans mon album à venir le 28 septembre prochain. Je parle aussi de mon image, de la femme, de l’être humain derrière la chanteuse… qui finalement ne forme qu’une seule et même personne. Quand tout ce que tu fais est analysé dans les moindres détails, jugés, on dirait que tu as tendance à oublier l’humaine en dessous de tout ça. J’ai l’impression que j’ai été un peu victime de ça, de mon image, de ce qu’on projetait… et ce n’est pas de la faute à personne, hein! C’est moi, ce sont mes choix!

L’album aura-t-il le même style qu’Empire? Parce que, pour le moment, on n’a pas l’impression d’être tant déboussolés, ça sonne comme du Marie-Mai qu’on connaît!

Empire a vraiment été le catalyseur, c’est la première chanson qu’on a composée. Après ça, une série de chansons est née, alors on peut les écouter une à la suite de l’autre, comme une histoire. Mais musicalement, on part dans tous les sens. On explore! L’album est éclectique, électro, planant, pop, et on va reconnaître ma signature! Je veux montrer aux gens qui je suis aujourd’hui, mais aussi montrer par tout ce que je suis passée durant les dernières années. Vous allez passer par toute la gamme des émotions! Ce serait mentir que de dire que je suis la même personne qu’il y a quatre ans. Non, ce n’est pas le cas. Pas parce que je n’étais pas authentique il y a 4 ans. C’est que je n’avais pas le vécu que j’ai aujourd’hui! C’est vraiment tout simplement une réflexion de comment je me sens à l’intérieur, où je pense que je suis rendue dans ma vie et par où je suis passée.

Et musicalement, Empire, c’était une chanson de transition. C’était vraiment comme mes photos en noir et blanc (ci-bas). Le visuel de mon album, ce ne sera pas ça, mais je voulais montrer: «voici comment je me sens quand je suis en transition, la femme, simplement, pas trop maquillée, pas trop coiffée, avec mes vêtements normaux, rien de placé!» Le shooting qu’on a fait en noir et blanc, c’était pour le fun! On ne faisait même pas ça pour un poster! On a fait ça avec mon ami David pour le plaisir et ça a donné ça! Et finalement, on s’est dit: «OHHH! On a quelque chose»! Alors ça, c’est aussi quelque chose que je n’aurais jamais fait. Il y a vraiment un genre de laisser-aller où on fait des choses, on s’écoute, on se fait confiance, et ça fait en sorte que… c’est ça, on sort de notre zone de confort et on se permet de juste se faire confiance et de faire ce qu’on aime, dans le fond.

Épingler

As-tu des collabos sur l’album?

Ahhhh (rires)! On se garde des surprises! Mais, c’est tout mon univers qui se rebâtit. Donc, je renais, mais ce n’est pas juste moi en tant que personne, mais c’est tout ce que je fais artistiquement.

L’album sera uniquement en français? Parce que tu es allée aux États-Unis quelque temps quand même pour écrire!

Justement, le gars avec qui je travaille sur l’album, je l’ai rencontré en Californie pendant une session d’écriture là-bas. Il habite à Berlin! J’écris en français et il n’a aucune idée de quoi je parle (rires)! C’est vraiment ça! C’est niaiseux, mais ça m’a donné une sorte de liberté, parce que je ne suis pas certaine que j’aurais été capable d’écrire aussi librement si j’avais travaillé avec quelqu’un qui savait de quoi je parlais.

Épingler

Et qu’est-ce qu’il fait, lui?

Lui, il fait les beats! Et il travaille aussi les mélodies avec moi. On travaille les mélodies à deux. Et euh… je vais attendre un peu avant de dire son nom. Mais, c’est ça. Moi j’aime beaucoup la co-écriture. Dans son cas, on ne pouvait pas coécrire tant que ça les paroles, alors on s’aide dans les mélodies. Et lui, après ça, il fait la musique comme on l’entend en ce moment avec Empire… mais ce n’est pas lui qui a fait Empire par exemple, c’est Tawgs Salter… un gars de Toronto!

On t’a vue extrêmement émotive sur le plateau de 1eres fois de Véronique Cloutier… finalement, ton retour tombe juste à point!

La scène et mes fans m’ont beaucoup manqués… tout ce tourbillon-là et toutes ces remises en question que j’ai vécues, une chance que je savais qu’il y avait ces gens-là derrière moi, parce que c’est sûr que je serais encore dans ma forêt aujourd’hui (rires)! C’est sûr.

Épingler

Est-ce que tu te laisses plus aller depuis que tu es maman, toi qui es habituellement très en contrôle? Est-ce qu’on va voir une nouvelle Marie-Mai plus émotive?

Ça se peut! Je ne sais pas! Vous me le direz… probablement, mais oui, je suis beaucoup plus émotive qu’avant, ça n’a pas de bon sens. Je veux dire… juste avant de monter sur scène, j’étais sur le bord de me liquéfier backstage parce que j’ai attendu ce moment-là si longtemps. Mais oui, c’est sûr et certain que je suis plus émotive. Je suis plus à fleur de peau. Et ça, ça vient les hormones, c’est sûr et certain (rires)!

La mise en vente des billets du nouveau spectacle de Marie-Mai au Centre Bell, le 15 février 2019, ainsi que celui du Centre Vidéotron, le 2 mars 2019, commence samedi matin à 10h, sur Evenko.

L’extrait Empire est disponible dès maintenant.

On pourra découvrir le nouveau vidéoclip d’Empire très bientôt. D’ici là, Marie nous laisse avec quelques images!

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Nous vous proposons

Du même auteur

Quand Marie-Mai se réapproprie son image…