logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Portrait d’entrepreneure : Christiane Germain du Groupe Germain

Madame Germain, c’est mon modèle d’entrepreneure québécoise de grande classe. Compétente, raffinée, inspirante… elle est une femme d’affaire solide, établie, de grande expérience et je tenais à la rencontrer dans le cadre de cette série d’entrevues avec des entrepreneures à succès qui nous inspirent.

C’est au retour d’un voyage à New York, il y a 30 ans, que Christiane et son frère ont décidé d’ouvrir un premier hôtel dans la ville de Québec, le Germain des Prés. Aujourd’hui, la chaîne compte 16 hôtels partout au pays et 2 en construction. Leur objectif d’en avoir 20 d’ici 2020 est plus que réaliste.

À 60 ans, Christiane Germain se positionne de plus en plus comme une icône d’entrepreneure québécoise à succès. Elle participe d’ailleurs pour une 2e année consécutive à l’émission Dans l’œil du dragon. Malgré cela, elle reste les deux pieds bien sur terre et elle poursuit sa mission: bâtir une entreprise solide en ayant toujours en tête sa pérennité.

Au Québec, on peut penser que le Germain, avec ses 3 bannières (le Germain, le Alt et nouvellement le Alt+), est bien installé comme leader dans l’industrie et mène le bal confortablement. Madame Germain m’avoue qu’il n’en est rien. Ils sont tout petits dans un monde de géants tels que le Marriott, Four Seasons, Fairmont, Starwood, etc.). De plus, l’industrie de l’hôtellerie connaît de profonds changements reliés aux nouvelles technologies. La concurrence est sans cesse plus féroce avec entre autres l’arrivée de nouveaux produits comme Airbnb. Leur secret? Miser sur le côté humain et la qualité du service d’un personnel attentionné.

Quels sont vos conseils en matière de financement pour les entrepreneurs?

Il faut toujours penser à bâtir son crédit, un pas à la fois. C’est quand les affaires vont bien que c’est le meilleur moment de demander une marge de crédit. Quand une opportunité se présentera, vous serez en meilleure position pour la saisir et bénéficier de l’effet de levier.

Quels apprentissages avez-vous tirés de travailler avec votre famille?

Il ne faut pas perdre de vue ses valeurs familiales. Un aspect positif de cela est la confiance. Je n’ai jamais eu à remettre en doute l’honnêteté et l’intégrité de mon frère, mon principal partenaire d’affaires. 

Comment qualifiez-vous votre expérience comme femme en affaires?

Il y a 30-40 ans, c’était difficile. J’ai dû me forger une carapace et trouver le juste équilibre entre mes côtés émotionnel et rationnel pour œuvrer dans le milieu des affaires. Aujourd’hui, j’aimerais parfois adoucir cette carapace, mais maintenant elle fait partie de moi c’est trop tard!

Je crois qu’il ne faut pas oublier le chemin parcouru il n’y a pas si longtemps par les femmes avant nous et surtout, il faut continuer à faire avancer la situation, qui n’est certes pas encore égalitaire.

C’est sûr que je n’aime pas particulièrement vieillir! L’âge pour une femme représente un plus gros enjeu que chez l’homme. Chez les comédiennes par exemple, l’âge des femmes a une forte influence sur leur carrière. C’est dommage. Et même temps, ce qui est bien, c’est qu’avec l’âge, on peut contribuer au succès des plus jeunes. J’aimerais inspirer les femmes d’âge mûr à continuer de se réaliser et à trouver des façons de bénéficier de leur âge au lieu d’en subir les conséquences. Un jour je réaliserai un projet en ce sens.

Quelle est votre plus grande fierté?

Ma famille. Comme mère monoparentale, on se remet constamment en question. On fait de son mieux chaque jour et on espère que c’est suffisant. Aujourd’hui, quand je vois ma fille avec ses enfants et sa carrière, je me dis que je n’ai pas trop mal réussi.

Quel serait le meilleur conseil qu’on vous ait donné comme entrepreneur, et que vous allez vous rappeler toute votre vie?

Quand ça va bien, il faut toujours se préparer pour les moments où ça ira moins bien.

Quand aurez-vous atteint le succès à vos yeux?

Ce n’est pas une finalité. C’est un processus, un chemin du succès que je parcours.

Comment définissez-vous le bonheur?

Ce sont des moments heureux que je vis. Il faut se parler, et arriver à relativiser. On peut toujours vouloir plus, peu importe où nous sommes et qui nous sommes. Il s’agit d’apprécier ce qu’on a.

J’ai aussi remarqué que le sommeil est un élément important lié à ma capacité au bonheur. Il ne faut pas sous-estimer cet aspect.

Coups de cœur

Chef : Colombe St-Pierre. Restaurant chez St-Pierre, Rimouski (Bic)

Design : Cuisine Miralis, Saint-Anaclet, QC

Personnalités inspirantes : Coco Chanel

Cocktail préféré : Cocktail à base d’alcool de la Distillerie Mariana et des sirops de Monsieur cocktail.

À propos de Groupe Germain Hôtels

Groupe Germain Hôtels est une entreprise familiale canadienne qui possède et exploite les Hôtels Le Germain, les Hôtels Alt et Alt+ à travers le Canada. Au rang des 50 sociétés les mieux gérées au pays, l’entreprise est reconnue pour sa philosophie d’accueil exceptionnelle et pour le style unique qui caractérise ses hôtels. Depuis l’ouverture du tout premier établissement en 1988, les 1100 employés de Groupe Germain Hôtels ont accueilli une multitude d’invités, totalisant à ce jour près de 4 millions de nuitées. Visitez www.groupegermain.com.

CRÉDIT PHOTO: MORGAN ANDRÉ

Du même auteur

Portrait d’entrepreneure : Christiane Germain du Groupe Germain