logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Jean-Philippe Dion nous dit TOUT sur la troisième saison de La vraie nature

Préparez vos réserves de popcorn et de Kleenex puisque ce dimanche, tout de suite après le retour de La Voix, ce sera la grande première de La vraie nature!

Eh oui, le chalet de La vraie nature rouvrira ses portes pour une troisième saison et durant les treize prochaines semaines, 37 invités se succéderont pour vivre un week-end inspirant, surprenant et émouvant en compagnie de Jean-Philippe Dion. Nous retrouverons notamment Ginette Reno, Sarah-Jeanne Labrosse, Christian Bégin, Liza Frulla, Guy Jodoin, Chantal Lacroix, Boucar Diouf, Pascale Bussières, Gilles Duceppe, Marguerite Blais, Julien Lacroix, Ève Landry, Mehdi Bousaidan, Hélène Bourgeois Leclerc, Mélissa Bédard et Édith Butler.

La saison comprendra 12 émissions régulières et un ultime rendez-vous, Les confidences du chalet, composé à 100% d’inédits. De très beaux moments sont à prévoir, ponctués de révélations émouvantes, d’éclats de rire et de musique!

Jean-Philippe, pour la toute première fois, tu accueilles non pas trois, mais quatre invités lors de la première de La vraie nature: Claude Legault, François Pérusse et les sœurs Boulay. Qu’est-ce que tu peux me dire sur la rencontre entre ces quatre invités pas piqués des vers?

C’est la première fois qu’il y avait autant de monde dans le chalet! Tellement que j’ai dû laisser ma chambre aux sœurs Boulay pour être certain que les filles puissent bien dormir chacune dans leur lit, puisque je dors généralement dans un lit à deux étages, dans une chambre d’enfants. J’ai vidé mon garde-robe avec toutes mes chemises à carreaux et je leur ai laissé pour ce week-end-là (rires)! L’équipe était tellement habituée de me retrouver à cet endroit qu’elle oubliait que je n’étais plus dans cette chambre et entrait continuellement dans la chambre de Mélanie et Stéphanie. C’est fou, il y avait plein de petits détails de logistique auxquels on n’avait pas pensé avec la venue d’un invité de plus, comme s’assurer qu’il y ait assez d’espace pour tout le monde dans la grange ou autour de la table dans le salon… Par chance, les filles sont toutes petites alors on a pu se mettre trois sur le divan et s’arranger le reste du temps! J’ai beaucoup aimé cette proximité avec les invités, que j’ai adoré recevoir. Je le dis toujours: «Quand tu as de la nourriture pour 4 personnes dans un chalet, tu en as pour 5!» Ça donne un côté encore plus festif à La vraie nature! On pourra d’ailleurs voir lors de l’émission que Claude Legault et les soeurs Boulay vouent une admiration totale à François Pérusse depuis toujours. Je suis tellement heureux qu’il ait enfin accepté notre invitation, puisque ça faisait si longtemps qu’on voulait le recevoir! On n’a pas été déçus!

On aura d’ailleurs l’occasion de voir un moment plus que touchant avec Claude Legault, qui parlera de sa relation complexe avec son père!

Claude est très touchant lorsqu’il nous parle dans la grange de ses souvenirs d’enfance. Il y a quelque chose de très dur dans ses souvenirs, dans les images qu’il raconte. Oui, il nous parlera de son père, mais aussi de sa relation avec l’un de ses frères. Tu sens que dans sa maison, ce n’était pas toujours rose et facile… En même temps, ça nous permet de comprendre l’homme que Claude est devenu aujourd’hui: son côté ténébreux, une espèce de solidité de roc lorsqu’il interprète un personnage, mais aussi une sensibilité qui émane de lui à l’extérieur des plateaux. La grange est souvent un lieu de confession et, pour plusieurs, elle est révélatrice de qui l’on devient.

Cette année, les poules auront de la compagnie puisqu’on fera la connaissance de ton chien Faro, qui sera présent en permanence au chalet! Qu’est-ce qui t’a décidé à l’amener au chalet?

C’est surtout parce que je n’avais pas de gardienne (rires)! En fait, le chien devait arriver dans notre vie à la fin des tournages de La vraie nature et finalement il y avait un chiot qui restait d’une portée et l’éleveur nous a proposé d’aller le chercher plus tôt! Je ne voulais pas le laisser à Montréal seul avec une gardienne à la maison alors qu’il pouvait s’amuser à la campagne à courir partout après les poules, trois jours par semaine, au chalet! Finalement, Faro est un peu devenu le chien de l’équipe au complet parce que tout le monde en prenait soin, les membres de l’équipe jouaient avec lui, les invités le dorlotaient! Mélissa Bédard l’a même rebaptisé «Fardo» parce c’est un chiot et qu’il s’amusait toujours avec tout ce qu’il trouvait et il grignotait tout sur son passage (rires). Maintenant, quand il n’est pas fin, je l’appelle Fardo en pensant à elle (rires)! C’est ça la beauté de La vraie nature, que les invités se sentent comme s’ils étaient chez eux et non pas comme dans un show de télé: la présence de Faro, tout comme des ruches cette saison, fait en sorte que les gens se sentent encore plus à l’aise au chalet!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Bonjour, je m’appelle Faro ! Mon nouveau chien ! #chiendeauportugais 🐶💙

Une publication partagée par Jean-Philippe Dion (@jphilippedion) le

Oui, justement, des ruches feront aussi leur apparition dans le décor cette saison, ce qui permettra à certains invités de jouer les apiculteurs en herbe!

On ne s’est pas contentés d’aller visiter un apiculteur et ses ruches. Non! Les ruches sont installées en permanence au chalet et les invités, le matin, mangent le miel que l’on récolte nous-mêmes dans les ruches! Les poules sont là aussi et on va cueillir nos œufs le matin… c’est la vraie vie en campagne! Ça a donné lieu à de beaux fous rires… j’ai hâte que vous découvriez tout ça!

Parlant de poules, on peut voir Ginette Reno en pleine conversation avec elles dans la bande-annonce. C’était comment d’avoir Ginette au chalet, elle qui déplace beaucoup d’air et qui est tellement pleine de vie?

De se dire que j’ai passé un week-end avec Ginette Reno dans un chalet, je trouve ça exceptionnel comme expérience! Je me sens tellement honoré d’avoir pu la recevoir à l’émission puisque Ginette pour moi, c’est LA plus grande: il n’y a pas plus grande au Québec, Ginette c’est notre monument, notre roc, c’est la maman du Québec! Qu’elle ait accepté notre invitation, je suis encore sous le choc! C’était beau de voir la chimie opérer entre Mehdi Bousaidan, un jeune humoriste en pleine ascension, Michel Barrette, un humoriste établi, et la maman chanteuse, Ginette.

Quelle rencontre ou quel invité t’a le plus surpris cette saison?

J’ai adoré la rencontre entre Chantal Lacroix et Pascale Bussières. Aussi, Mélissa Bédard nous a fait brailler! Elle était avec Hélène Bourgeois Leclerc, qui elle, nous a fait rire… L’été dernier, Hélène était dans un processus d’adoption et Mélissa a été adoptée; c’était une rencontre invraisemblable, quand tu vois le pétillant dans les yeux de l’invité qui écoute l’autre et qui n’en revient pas parce qu’il est étonné que leur vie se ressemble, même si elles sont des personnes totalement différentes… je trouve ça si beau!

Guy Jodoin et André Sauvé sont des êtres tellement vrais, dans leur bulle un petit peu, qui ont quand même une espèce d’armure: ils ont fait la rencontre d’une Liza Frulla tellement ouverte et sans filtre, qui n’avait pas peur de dire tout ce qui lui passait par la tête… c’était vraiment du bonbon! J’ai aussi eu un énorme coup de cœur pour Édith Butler. Je trouve qu’elle n’est pas reconnue à sa juste valeur, elle est une véritable légende vivante et elle est d’une gentillesse!

Parlant de gens qui ne sont pas reconnus à leur juste valeur, on voyait dans la bande-annonce que Chantal Lacroix et Sébastien Benoît jasaient de ça. Sébastien disait justement: «Je ne suis pas le plus connu, je ne suis pas le plus populaire, je n’ai pas gagné de prix, mais je suis encore là après toutes ces années!»

J’ai eu le goût de faire de la télévision parce qu’il y a des gars comme Sébastien Benoît qui étaient dans ma télé quand j’étais plus jeune et qui faisaient Flash! J’avais participé à un concours au secondaire et il fallait dessiner le logo du journal étudiant et j’avais dessiné le micro de Flash: on avait aussi appelé le journal Flash parce que j’étais tellement influencé par cette émission-là et c’est ça que je voulais faire dans la vie! C’est super de voir que Sébastien est encore là aujourd’hui. En plus, on a été collègues à la radio et on se connaît depuis plusieurs années. Je l’aime beaucoup et il mérite tout ce qui lui arrive! Ce que je trouve bien avec son passage à l’émission, c’est que j’ai l’impression qu’on n’a jamais entendu Sébastien dans une entrevue de fond: on l’a toujours vu dans des talk-shows ou lu dans des entrevues de magazines sur un aspect précis de sa carrière! En le mettant avec Boucar Diouf, leurs histoires sont totalement à l’opposé et ça a donné lieu à de belles confidences. Sébastien a tendance à se comparer aux autres continuellement et a toujours peur de ne pas être à la hauteur et la présence de Boucar a provoqué des choses… je pense que les gens vont découvrir un Sébastien comme ils ont rarement vu en entrevue. Ça fait du bien!

Denis Coderre ne l’a pas eu facile depuis sa défaite contre Valérie Plante. On peut comprendre que vous allez aborder le sujet du suicide… ça a dû être difficile et prenant comme discussion?

En fait, l’épisode avec Denis, c’est l’un des premiers que l’on a tournés cet été. Donc, il était… Effectivement, cet automne, on l’a entendu en entrevue et il a parlé de certains de ces sujets-là, mais cet été, il était les deux pieds là-dedans. Il était vraiment dans cette transformation-là de sa vie personnelle. Il a donc une espèce de sensibilité quand il raconte ça. Et tu le vois qu’il marche sur des oeufs… Qu’il y a quelque chose de dur, mais de beau en même temps. Dans tout ce qu’il confie, c’est comme si on avait sous nos yeux quelqu’un qui est en pleine transition. Ce moment-là au souper, c’était extrêmement touchant!

Après Au-delà des mots de Beyries et Passagers de Pilou, une nouvelle pièce musicale accompagnera le départ des invités cette saison: Une part de l’autre de Saratoga! Comment as-tu choisi cette nouvelle chanson thème?

Je me paie la traite chaque année, avec mes goûts musicaux (rires)! La vraie nature ressemble tellement à ma personnalité que la musique que j’écoute dans la vraie vie s’agence aussi parfaitement à l’émission. Après Beyries et Pilou, Saratoga était un choix évident… je trouvais ça cute d’avoir une fille (Beyries), puis un gars (Pilou), et maintenant un couple qui chante ensemble en harmonie! Ce sont deux voix qui représentent toutes les personnes qui ont visité le chalet pendant ce week-end-là, et qu’en chanson, on résume un peu cette expérience-là. C’est ce qu’il y a de beau là-dedans. Chaque année, quand on demande à un artiste, c’est que l’artiste transmet aussi à travers sa chanson ce qui se dégage pour lui de La vraie nature, ce qu’il garde comme émotion, réflexion, par rapport à La vraie nature.

Paru en novembre dernier, le livre de La vraie nature s’est rapidement hissé parmi les best-sellers au Québec. En quelques semaines à peine, 15 000 exemplaires se sont envolés! Tu dois être fier?!

Tellement! C’est un projet qu’on a fait dans un espèce d’élan de création. De mon côté, j’avais le goût de triper avec des artistes et des auteurs! C’est un projet créatif en soi qu’on a monté. On n’avait aucune idée de la réaction des gens! On est partis faire la tournée des salons du livre, on en a fait à l’automne, on continue à Gatineau, à Québec… C’est le bonheur, parce que le livre me donne aussi l’occasion de rencontrer les gens qui me parlent de l’émission. J’ai constaté à quel point ce show-là est un baume pour plusieurs! Je ne sais pas combien d’histoires j’ai entendues… et encore cette semaine, il y a quelqu’un qui est venu au bureau faire signer son livre pour mettre un petit mot, parce que sa mère a le cancer, et elle voulait que sa mère, pendant ses traitements de chimio, puisse prendre le livre, le lire et que ce soit du réconfort pour elle. On en a eu plein d’histoires comme ça, à travers les derniers mois. Donc, je me dis que oui, La vraie nature, c’est du divertissement, c’est une émission de télé, mais il y a quelque chose qui fait du bien, qui réconforte… et clairement qui comble un besoin! Et ça, ça me remplit de fierté!

Tu viens d’avoir 36 ans! Qu’est-ce qu’on te souhaite pour la nouvelle année à venir?
 
De continuer à créer! C’est vraiment ça que j’aime et que j’ai envie de continuer à faire. Je t’avoue que je ne suis pas loin d’être pas mal comblé… Ça va assez bien, oui!
Crédit photo: Courtoisie TVA/Productions Déferlantes - Éric Myre
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nous vous proposons

Jean-Philippe Dion nous dit TOUT sur la troisième saison de La vraie nature