logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Shutterstock

Et si votre mammographie ne décelait pas votre cancer?

Et si vous passiez une mammographie et que les résultats ne montraient pas votre cancer? C’est ce qui est arrivé à Annie Slight, une femme qui a reçu, à 42 ans, un diagnostic tardif de cancer du sein stade 2, grade 3 qui n’a pas été décelé lors de sa mammo de routine. Elle m’a raconté son histoire et souhaite maintenant sensibiliser les femmes à ce facteur peu connu qui a fait toute la différence pour elle : la densité mammaire.

L’histoire d’Annie

Annie a toujours eu les seins bosselés, mais elle est vigilante et examine régulièrement ses seins. À 40 ans, elle passe une mammographie et on lui dit que les résultats sont négatifs. Comme elle n’a pas d’historique familial, elle ne s’inquiète pas et poursuit ses activités. Plus tard, au cours d’un auto-examen, elle décèle une bosse qui ne semble pas avoir la même texture au toucher. Elle consulte son médecin qui regarde ses résultats de mammographie et lui dit de ne pas s’en faire. Que tout est correct. Annie quitte le bureau du médecin soulagée, mais elle surveille régulièrement la bosse suspecte. Celle-ci grossit rapidement alors elle prend un nouveau rendez-vous avec son médecin et exige cette fois de passer de nouveaux tests. Annie passe donc une échographie et le radiologiste, inquiet, demande une biopsie. Tout se passe ensuite très vite. Ne voulant pas attendre les 3 semaines de délai nécessaires dans le système public, Annie fait l’examen au privé le vendredi même et le diagnostic tombe : cancer de stade 2, grade 3. Elle commence la chimio, 16 traitements, et subit une mastectomie. Elle a 42 ans et deux années se sont écoulées depuis sa mammographie. On lui explique que s’il avait été diagnostiqué plus tôt, au moment de sa mammographie, le cancer aurait été plus facile à combattre. Qu’il n’aurait pas commencé à se répandre dans son corps. Mais pourquoi ne l’a-t-on pas décelé? C’est qu’Annie a les seins denses.

Qu’est-ce que la densité mammaire?

Chaque femme a des tissus gras, des glandes et des tissus fibreux dans les seins, mais les proportions de ceux-ci varient d’une femme à l’autre. Il existe 4 catégories de densité mammaire. Les seins denses sont ceux qui comptent plus de 50 % de tissus fibreux et de glandes. Selon Seins Denses Canada, 56 % des femmes dans la quarantaine ont des seins denses, 37 % des femmes dans la cinquantaine ont des seins denses et 27 % des femmes dans la soixantaine ont des seins denses. Ce n’est pas un problème en soi d’avoir les seins denses, mais il faut le savoir et en comprendre les répercussions.

Comment détermine-t-on la densité mammaire?

C’est le radiologue qui examine votre mammographie qui évalue votre densité mammaire. La densité mammaire n’est pas déterminée par la fermeté ou la taille des seins et vous ne pouvez pas la déceler à l’œil nu ou au toucher. Au Québec, cette information est obligatoirement notée sur le rapport de résultats de mammographie envoyé au médecin, mais le médecin en informe rarement la patiente. Il est donc important de penser à la demander parce cela peut avoir des répercussions importantes sur votre santé.

Ce qu’il faut savoir si on a les seins denses

La densité mammaire est l’un des nombreux facteurs de risque de cancer du sein. Une étude récente à grande échelle montre que la densité mammaire est un facteur de risque plus prévalent fréquent que l’histoire familiale! De plus, étant donné que les mammographies détectent détectent 50% des cancers dans les seins de la plus haute catégorie de densité contre 98% des cancers dans les seins les plus graisseux. Le cancer détecté chez les seins denses est normalement à un stade avancé, ce qui pourrait entrainer un pronostic plus sombre. C’est que voyez-vous, les tumeurs apparaissent blanches à la mammographie et les tissus denses aussi. Comme m’expliquait Annie, c’est comme chercher un ours polaire dans une tempête de neige (voir image D).

Crédit : Seins Denses Canada

Les conseils d’Annie

Annie souhaite maintenant sensibiliser le plus de femmes possible à l’importance de s’informer sur sa densité mammaire et ses facteurs de risque. Voici quelques-uns de ses conseils.

  • Demandez à votre médecin de vous informer de votre densité mammaire. C’est une information importante pour votre santé et malheureusement, au Canada, 7 provinces informent les femmes de leur densité mammaire à des degrés variés. Au Québec, l’information n’est pas directement communiquée à la patiente. C’est donc à vous de la demander.
  • Parlez avec votre médecin de votre densité mammaire, de tous les facteurs de risque liés au cancer du sein et de vos meilleures options de dépistage.
  • Effectuez régulièrement un auto-examen entre les examens de dépistage. Un résultat de mammographie normal pourrait ne pas être exact.
  • N’hésitez pas à demander des examens complémentaires comme une échographie ou une imagerie par résonnance magnétique (IRM) si vous savez votre risque élevé.

Je termine en vous invitant à vous installer, là maintenant, pour faire un auto-examen des seins. Si vous ne pouvez pas, inscrivez-le à votre agenda CETTE SEMAINE. Prenez rendez-vous pour une mammographie si c’est le moment pour vous et surtout, ajoutez « densité mammaire » à votre liste de questions pour votre médecin.

Nous vous proposons

Du même auteur

Et si votre mammographie ne décelait pas votre cancer?