logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Shutterstock

On a testé le Viagra féminin

Avertissement: malgré son titre, cet article n’inclut que mon plaisir personnel. Habituellement, la formule du on exclut la personne qui parle, mais dans le cas présent, on ne désigne aucunement l’équipe de Mitsou Magazine. J’ai tout simplement décidé que la formule du groupe faisait plus chic. Cette coquinerie est l’un des avantages d’écrire son propre magazine et de choisir ses titres!


Reste que le sujet de ce texte est quand même sensible… ou insensible, c’est selon! Un Viagra féminin, c’est quoi au juste? Et comment me suis-je intéressée à ce produit niché? La réponse la plus directe est «tout bonnement, en écoutant un podcast sur la sexualité». Ne vous ai-je pas déjà dit que si je n’avais pas chanté/animé/rédigé, j’aurais aimé être sexologue? Comme Yuki, ma maman. Le fait qu’une partie des étudiants de la toute première cohorte de sexologues québécois m’ait prise, bercée, nourrie et parfois même changée la couche dans la bibliothèque ou la cafétéria alors que maman retournait aux études juste après ma naissance a peut-être quelque chose à voir là-dedans!

Mitsouuuuu! Accouches!!!! C’est quoi l’affaire du Viagra féminin, ça marche tu et où est-ce que l’on achète ça???? Alors… Ça s’appelle Zestra, c’est offert sur le web, en pharmacie sans ordonnance dans la section condoms et lubrifiants. À ma pharmacie préférée, le produit fut difficile à trouver, étant un peu caché, coincé entre un vibrateur et une lotion saveur shortcake aux fraises, dans l’avant dernière étagère du haut. Ce qui fait que les filles de moins de 5’3 sont clairement désavantagées question plaisir. Elles doivent parfois se fier sur une main plus longue pour s’en procurer.

Le Zestra est une pilule bleue?

Ben non! C’est une huile vendue dans un emballage beaucoup trop gros et contenant trois petits sachets (comme dans la vie, les dimensions peuvent être décevantes). Le produit est sans hormone et composé d’extraits de 4 plantes reconnues pour augmenter la circulation et la sensibilité locales (bourrache, onagre, angélique et forskohlii). On applique le contenu d’un sachet d’huile sur la vulve et les parties génitales externes (clitoris et lèvres) en massant doucement pendant quelques minutes, puis une sensation de chaleur, de picotement ou même de vie (pour celles qui n’en avaient plus en bas de la ceinture) se fait sentir localement, mimiquant l’excitation. On appelle ça le rush Zestra! Brièvement, l’huile change la sensibilité des extrémités des nerfs (et abaisse le seuil de sensibilité). On sent les choses plus tôt, plus intensément et plus profondément. Il faut comprendre ici que le produit n’offre qu’une sensation physique temporaire.  Quand on sait que le premier organe sexuel des femmes est le cerveau, on comprend tout de suite qu’il n’agira pas sur l’imaginaire. Pourtant, la sensation est notable pour 7 femmes sur 10, tous âges confondus, qui ont testé le produit. Il commence à marcher en 5 minutes, peak en 10 et se termine après 45.

Les désavantages

Notre équipe (moi) a malheureusement remarqué quelques désavantages. C’est plate, mais j’ai personnellement trouvé que l’huile ne sentait ni ne goûtait bien bon (ça gèle la langue aussi!). On ne réserve donc l’application qu’au moment où l’on sait que personne ne se s’invitera de front entre nos jambes! Personnellement je n’ai pas eu le désir…. de réutiliser le produit plus d’une fois, mais ceci est tellement personnel et certaines y trouveront sûrement un déclencheur de plaisir.  Je pense sincèrement que si une femme n’expérimente plus l’orgasme depuis des mois ou des années et qu’un produit comme celui-ci peut lui donner le petit plus nécessaire, je présume que son conjoint ou sa conjointe ne verra aucun problème à faire avec!

Aussi, puisque l’huile et le latex ne font pas bon ménage, Zestra ne peut être utilisé qu’avec des condoms de polyuréthane sans latex. Les femmes en couple stable et utilisant un moyen de contraception autre que le condom sont donc les candidates idéales. Le produit n’est pas dangereux, mais un peu comme avec les lubrifiants, 15% des femmes peuvent avoir une sensation de brûlement qui se résorbe en prenant une douche. Les femmes enceintes ou qui allaitent ne devraient pas essayer le produit. Son prix maintenant? 9,99$ pour la boîte de trois sachets, mais si l’expérience est concluante, la pompe de 12 ml est une option plus économique à 34,99$.

Comment va votre libido?

Sachant que 43% des femmes vivront à un moment dans leur vie une perte de libido ou des difficultés sexuelles, il est surprenant de voir à quel point elles n’ont pas d’options ni d’information pour remonter leur moral sexuel. Elles sont trop souvent seules face à un grand vide alors qu’elles viennent d’accoucher, vivent la périménopause, leur ménopause, ont des problèmes médicaux, vivent un stress chronique et même le stress de tomber enceinte. Saviez-vous aussi que la prise de la pilule contraceptive peut avoir un impact négatif sur la libido et que les antidépresseurs font souvent expérimenter la perte de sensation et/ou l’anorgasmie?

Bureau du médecin

Dans les cabinets et les cliniques, le sujet de la sexualité, mais surtout du plaisir, primordial pour la qualité de vie, est passé sous silence. Les médecins n’informent jamais assez de la perte de libido et de l’impact que cela peut avoir dans le couple avant de faire la prescription d’antidépresseur. Les médicaments pour traiter la dépression sauvent parfois des vies, mais sachez que question libido, on dit que les personnes qui bénéficient en double de ces produits sont les hommes qui souffrent d’éjaculation précoce ou les femmes qui ont de très grands besoins sexuels qui se mettent dans des situations non désirables pour leur sécurité. Ça vous donne une bonne idée de l’effet anticlimax qu’ils peuvent avoir sur « les p’tites mères » comme nous!

Fait surprenant, même les gynécologues n’effleurent que rarement la question du plaisir. Celui-ci vous a-t-il déjà demandé si vous ressentez de la satisfaction lors de vos relations sexuelles? Pourtant il devrait le faire. Mal informées dans cet aspect de leur santé, les femmes croient qu’elles sont le problème. La gêne, les tabous, la culpabilité et les finances empêchent souvent les femmes de consulter un spécialiste. L’important est d’avoir une conversation avec quelqu’un. Il y a des solutions et surtout, ce n’est pas votre faute.

Quand il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir

Bien que Zestra soit un produit unique, les gels lubrifiants qui ajoutent de la sensation sont aussi disponibles en pharmacie (je suis curieuse de connaître vos préférés!) Il suffit de ne pas être embarrassé de les déposer dans son panier. Le malaise est généralisé côté plaisir féminin. Même les médias ont une réticence a accepter des publicités à ce sujet. Quand le produit Zestra est sorti au Québec en 2015, les publicités ont été difficiles à placer dans les médias; personne ne voulait les prendre, étant jugées trop sexy. L’agence de publicité a donc misé sur l’aspect passe-partout de l’alimentation et créé une scène de restaurant où un couple gémit de plaisir en dégustant leurs plats. Pourtant combien de publicité voit-on pour les médicaments pour la dysfonction érectile masculine? Quand on fait le calcul, plus de femmes vivent des dysfonctions sexuelles que les hommes, mais beaucoup moins de solutions et d’informations se rendent jusqu’à elles. On change ça?

Je tenterai donc d’aborder un peu plus souvent ces sujets pour satisfaire l’apprenti sexologue et la femme en moi!

Du même auteur

On a testé le Viagra féminin