logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Un nouveau roman inédit de la saga La vie compliquée de Léa Olivier

Est-ce que sa binette vous dit quelque chose?

Superstar dans le monde de l’édition, la romancière jeunesse Catherine Girard-Audet connaît le succès autour du globe depuis la parution de son tout premier tome de la série La vie compliquée de Léa Olivier, il y a huit ans. Aujourd’hui, c’est avec bonheur que l’auteure nous dévoile son tout dernier roman hors-série (tome zéro) qui est une introduction parfaite à la nouvelle série originale lancée la semaine dernière sur Club illico, inspirée des deux premiers tomes de la saga littéraire s’étant écoulée à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde! Si vous cherchez un cadeau d’anniversaire à faire à votre ado, ce hors-série plaira autant à celles qui voudront découvrir l’univers de Léa Olivier qu’aux fans incontestées de sa vie compliquée!

Pssst! Catherine a fait sa marque dans le milieu littéraire en créant le populaire ABC des filles en 2008, un guide pour adolescentes devenu rapidement indispensable!

Catherine, tu publies aujourd’hui un nouveau roman hors-série inédit qui s’appelle La vie compliquée de Léa Olivier: Tome zéro… Un guide d’entrée dans ton univers, et par le fait même, celui de Léa Olivier, si l’on peut dire?

C’est le guide parfait, oui! C’est un bon livre pour s’initier non seulement à la série de romans, mais aussi à la série télé! C’est important de mentionner que la série télé, qui est disponible sur Club illico, s’est inspirée des tomes 1 et 2 de la série de livres. Dans le fond, c’est comme si j’écrivais le préquel de cette série-là. Comparativement à mes autres tomes, qui sont autobiographiques, mais qui restent tout de même de la fiction et qui sortent tous de ma tête, l’écriture du tome zéro s’est faite un peu différemment! Dans ce nouveau roman, je présente les dix personnages principaux dans un espèce de chassé-croisé à travers dix chapitres et, tour à tour, ils deviennent narrateurs d’une aventure inédite.

L’histoire se déroule quelques mois avant le déménagement de Léa à Montréal et on apprend que tout le monde s’est croisé sans le savoir, l’été avant qu’elle ne parte! Ce qui est intéressant à savoir, c’est que, par hasard, chacun s’est rencontré en l’espace de 36 heures, parce que Léa vient faire un tour à Montréal pendant le Festival de Jazz… Et, ce qui est le fun, c’est que chaque chapitre est raconté au «je», donc ça m’a permis d’aborder des personnages que n’avais pas encore évoqués dans mes cinq hors-séries: par exemple, le personnage de Sarah Beaupré, qui est interprété par Laurie Babin à l’écran, Thomas, que je n’avais pas encore fait, Éloi, etc. J’ai choisi d’aller explorer l’univers de personnages que mes fans me réclamaient souvent, lorsqu’elles me croisaient dans les salons du livre ou sur les réseaux sociaux. Je pense que ça va aussi intéresser les filles qui ont lu mes Léa et qui ont envie d’en savoir plus sur ces personnages-là! Pour le tome zéro, on revient aussi en arrière pour Léa Olivier, parce qu’elle n’est pas encore déménagée à Montréal. Elle suit Marilou dans un party, on voit toute la tension qu’il y a déjà, parce qu’elle sort encore avec Thomas à ce moment-là, mais il y a déjà une jalousie qui commence à se construire autour de Sarah, qui va devenir un peu sa rivale quand elle va habiter loin! Ce qui était nouveau cette fois-ci, c’est que j’ai écrit le roman en pensant à mes comédiens de la série télé… Parce que quand je l’ai écrit, j’avais déjà vu quelques épisodes. Je suis allée sur le plateau, j’ai pu collaborer avec les scripteurs Rachel Cardillo et Sébastien Bertrand pour adapter les textes et j’ai pu diriger le jeu des acteurs avec le réalisateur Martin Cadotte! Je pense que c’est vraiment un tome qui va autant intéresser celles qui vont s’initier à la série que celles qui la connaissent déjà super bien. C’est du bonbon pour tout le monde!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Catherine Girard-Audet (@catherinegirardaudet) le

Ça permet aussi à celles qui ne t’ont jamais lue de plonger et découvrir ta vie et celui de tes personnages!

Exactement! Mais, ça permet surtout de s’attacher aux personnages et à leur personnalité. Tout est complémentaire là-dedans! Il n’y a pas de doublons, je pense que j’ai innové! Je dis ça pour mes fans, mes dures de dures, qui ont tout lu et qui ne seront pas déçues non plus.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Catherine Girard-Audet (@catherinegirardaudet) le

Puisque c’est ta vie qui est décrite dans les livres, tu as pu participer au choix de la comédienne qui a prêté ses traits à la jeune Léa (Laurence Deschênes). Étais-tu fébrile en la rencontrant en chair et en os?

Oh que oui! Je me rappelle ma première rencontre avec Laurence, c’était l’été dernier autour d’un café, avec Martin le réalisateur. Ça a cliqué naturellement, dans le sens où c’est quelqu’un de super naturel, tout comme moi. En plus, elle est tellement professionnelle et, puisqu’elle sait que les romans étaient tirés de mon vécu, c’est comme si elle s’inspirait de la personne qui était assise devant elle pour nourrir son rôle. On s’entend tellement bien toutes les deux, on rit beaucoup! De la voir à l’écran interpréter mon rôle, parfois, ça me fait brailler de rire, parce que je réalise soudainement que ma vie est intense! Laurence est une excellente comédienne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lau ❥ (@laurence_deschenes) le

Dans les livres, Léa et sa meilleure amie sont séparées par 500 kilomètres et s’échangent des milliers de textos, clavardages et courriels. Est-ce que ç’a été dur de transposer tout ça à l’écran?

Ça, c’était le gros défi (rires)! On l’avait aussi fait quand ça a été adapté en bande dessinée… Tu ne peux pas juste avoir des pages et des pages avec des textos, parce que c’est plate, tu as besoin de plonger dans l’action! C’est la même chose pour les scénaristes, il y a de plus en plus de textos dans les séries, peu importe, pour adultes et pour jeunes! Ça devient parfois redondant et on peut décrocher… Alors pour remédier à cela, il a eu l’idée que les personnages deviennent vivants à l’écran lorsqu’on parle d’eux à travers les messages textes et autres communications. Ils apparaissent l’un devant l’autre, alors le contact est beaucoup plus humain. Si Marilou est en train de nager et Léa est dans sa chambre, et là… bang! Léa apparaît à côté de la piscine et elles vont se jaser. Le dialogue va être beaucoup plus dynamique et beaucoup plus humain. Ce flash-là qu’il y a eu, je trouve ça super ingénieux, en fait! Parce que sinon, oui, c’est un gros défi! C’était un gros défi en fait de transposer ma série, que ce soit en bande dessinée ou à l’écran, parce que c’est surtout épistolaire (composé par une correspondance ou un échange de correspondances). Je savais que c’était réalisable, parce qu’on l’avait déjà fait en bande dessinée, et là à l’écran, on voit finalement que c’est possible et que ça marche!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Catherine Girard-Audet (@catherinegirardaudet) le

Comme pour ta série de livres, penses-tu que la série télé va connaître une suite et avoir plusieurs saisons?

Écoute… je l’espère! Malheureusement, je n’ai pas de contrôle là-dessus, mais je le souhaite vraiment beaucoup! Je pense qu’à date, la réception que j’ai est 100% positive. C’est une série de très grande qualité, il faut l’avouer! Je vais donner beaucoup de crédit au réalisateur Martin Cadotte, qui a réussi à transposer à l’écran toute l’essence des livres Léa Olivier. Puis, la qualité de l’image, les couleurs, la musique… C’est vraiment une série qui est touchante! Ce n’est pas une série qui est superficielle. Je n’ai eu aucun commentaire négatif jusqu’à présent, certaines m’ont dit: «J’avais peur d’être déçue, mais NON! C’est ça, Léa!» C’est ça qui est beau! Donc, s’il n’y a pas de deuxième saison, je trouverais ça dommage, MAIS je suis extrêmement fière de ce qui existe en ce moment. Mais il n’y a pas encore de confirmation pour la deuxième…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Léa avait le goût de faire le jeu, elle aussi🙋🏼‍♀️ #leaolivier #dollypartonchallenge

Une publication partagée par Catherine Girard-Audet (@catherinegirardaudet) le

Ta série compte douze tomes, des BDs et des hors-séries qui se sont écoulés à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde. Quand tu y penses, est-ce que ça te donne le tournis?

Oui, parfois (rires)! Il faut que je me recentre parce que ça devient souvent très fou, surtout qu’aujourd’hui, la série est rendue à l’extérieur de moi… Je m’en vais à la Foire du livre de Bruxelles la semaine prochaine et le succès de Léa là-bas est vraiment comparable à ici… même si je n’habite pas là-bas! D’ailleurs, je souhaite vraiment que la série télé puisse être diffusée là-bas! Donc, oui, ça peut être un peu étourdissant! En même temps, je me sens fébrile! C’est extraordinaire ce qui m’arrive. C’est juste que je dois me rappeler que cet été, ma job, c’est d’écrire un prochain tome qui va être encore meilleur que le dernier. Mon travail, c’est d’écrire des livres, d’écrire des histoires. J’en reviens souvent à ça, et qu’il n’y a rien d’acquis! Surtout pas dans mon métier! Alors c’est de continuer à m’améliorer et de continuer à surprendre mes lectrices et d’écrire de bonnes histoires. Dans le fond, foncièrement, c’est ça ma job. Mais, oui… Parfois, je me pince et je me demande comment je me suis rendue là! S’il y avait une recette, je pense que tout le monde aurait des succès comme ça, même moi, je ne peux pas dire comment j’y suis arrivée… C’est un coup de circuit, un mélange de plein d’étoiles qui s’alignent. Je suis extrêmement reconnaissante! Tout ça n’arriverait pas sans les personnes qui m’entourent. Je l’ai dit à mon lancement, c’est rare que je pleure ou que je suis aussi émue, mais si ce n’était pas des jeunes qui me suivent et qui m’encouragent depuis des années… et des nouvelles générations! Le premier tome de Léa est sorti en 2012 et aujourd’hui, ce n’est pas la même génération qui me lit… Je ne serais nulle part sans elles. C’est à elles que je dois tout ça!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Catherine Girard-Audet (@catherinegirardaudet) le

Et ta petite fille, est-ce qu’elle comprend tout l’engouement?

Oui! Elle comprend l’engouement! C’est sûr qu’elle, ce qui la fascine, c’est le dessin… et elle veut illustrer mes romans. Elle est plus là-dedans (rires)! Mais, elle voit que c’est une série qui a beaucoup de succès. Je pense que peu à peu, elle s’en rend compte. Lors du dernier Salon du livre de Montréal, elle m’a accompagnée et elle voyait la longue file, et elle voyait que je n’avais pas de temps! Parfois, je trouve ça difficile, parce qu’elle est à un âge où elle voudrait participer, mais moi, ça me ralentit, et je ne peux pas… Je ne peux pas être une maman et une Superwoman en même temps (rires)! Mais je pense que, de plus en plus, à 5 ans, tu es beaucoup plus conscient de ton environnement et d’en avoir des souvenirs. Je pense qu’elle réalise que j’écris une série qui a un impact, elle sait que ça passe à la télé, elle a vu un épisode et elle a aimé ça! Je crois qu’elle va encore plus triper dans deux ans, quand elle va commencer à lire…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Catherine Girard-Audet (@catherinegirardaudet) le

Qu’est-ce qui s’en vient pour toi?

Je suis en Outaouais vendredi et samedi, et samedi, Laurence Deschênes va être avec moi d’ailleurs, pour prendre des petites photos et peut-être signer des livres! Après ça, j’ai la Foire du livre de Bruxelles, le Salon du livre de Québec… Dans tout ça, je voudrais me prendre une semaine de vacances, quand même, pour survivre (rires)! Présentement, je suis dans l’écriture des derniers mini-ABC, parce que j’écris aussi l’ABC et la mini-ABC à chaque année, que je continue aussi, dont je suis à la tête. C’est donc ma période d’écriture de mes guides, qui sortent annuellement. Après, ça va être de me lancer dans le tome 13 de Léa Olivier, qui va sortir à l’automne. J’aimerais aussi en écrire un quatorzième au printemps. Les fans de Léa auront donc deux tomes de Léa numérotés qui vont se suivre, parce qu’il faut que mon histoire avance aussi! Si jamais il y a une deuxième saison télé, c’est sûr que je vais être sur le plateau. Je veux continuer à m’impliquer un peu comme je l’ai fait l’an passé, parce que j’apprends tellement et toute la bande est tellement super!

La vie de Léa Olivier (tome zéro), qui paraît aux Éditions de la Bagnole et les Éditions les Malins, est disponible dès maintenant en ligne et en magasin!

À lire aussi:

8 endroits à visiter absolument à Mykonos en Grèce

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nous vous proposons

Un nouveau roman inédit de la saga La vie compliquée de Léa Olivier