logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Ajouter de l’art dans sa vie

L’été dernier, j’ai fait le vœu d’ajouter de l’art dans ma vie, pour chasser la routine et ajouter du fun libre, sans restriction. L’idée germait en moi depuis un bon bout de temps déjà, mais la lecture du bestseller Libérez votre créativité de Julia Cameron m’a permis de faire un petit sprint cet été. Ce livre paru il y a plus de 25 ans a aidé tant des musiciens que des créateurs de toutes sortes, mais aussi des gens de différents milieux à développer un regard plus audacieux sur leur vie. Mais comme pour être artiste, il faut de la discipline, l’auteure nous donne des lignes directrices assez strictes à suivre chaque jour pour libérer notre créativité. J’ai commencé par les deux premiers conseils du livre.

PAGE DU MATIN

Chaque matin, dans un cahier ou un journal, remplir trois pages d’écriture automatique de nos pensées les plus folles, que ce soient des rêves, des idées, des émotions qui nous traversent l’esprit, sans se juger. C’est un ménage mental, une façon de faire de la place pour laisser un espace pour une nouvelle création.

RENDEZ-VOUS D’ARTISTE

Chaque semaine, prendre un rendez-vous artistique avec soi-même pour s’inspirer, allumer la flamme créative et s’émerveiller. Visite de musées, festivals, une virée à la librairie ou encore une soirée à écouter des musiciens de jazz dans une petite salle, tout est permis! Pendant ces visites culturelles, on remplit son réservoir d’images pour alimenter son imagination.

PROMENADE HEBDOMADAIRE POUR DÉGOURDIR L’ESPRIT

Julia Cameron fait l’éloge de la marche pour libérer la créativité. Elle préconise de le faire au moins une fois par semaine pour apporter un bien-être physique et mental. La marche libérera de l’endorphine, nous fera envisager des situations sous d’autres angles et amènera de nouvelles idées et solutions en créant plus d’espace en soi. Julia Cameron propose de participer à des ateliers de groupe. Plusieurs sont basés sur sa technique et sont gratuits (ce qu’elle préconise). Le but est de créer une équipe non hiérarchique, encourageante, dans laquelle on pourra partager coeur à coeur avec d’autres artistes. Cherchez la méthode «Chemins de la créativité» ou «Libérez votre créativité» dans votre coin de pays, vous en trouverez peut-être! Pour ma part, j’ai réussi à rassembler ma gang de Mitsou Magazine pour faire une soirée de peinture et collage sur le thème de Frida Kahlo dernièrement, ce qui nous a beaucoup rapprochés.

J’ai réussi à tenir cette discipline cet été, en écrivant chaque jour dans un petit journal en me réveillant et en parlant théâtre avec mes amis du CEAD, mais j’ai surtout eu comme point culminant, ma visite au Festival de film de Gibara avec mon amie Heidi Hollinger qui était l’une des photographes invitées. 

Ensemble, nous avons installé son expo sur les murs de la ville. J’ai eu l’honneur de choisir l’emplacement de chaque affiche au format géant selon les couleurs des murs des maisons cubaines. Tout un honneur!

Puis, Heidi m’a inspirée à prendre moi-même l’objectif (vous ai-je déjà dit que l’un de mes rêves était de devenir photographe?) Nous nous sommes installées sur un balcon pour photographier le défilé annuel. 

WOW! Il y avait de la couleur en masse, des personnages et des costumes à profusion. Des plus jeunes aux plus vieux, tous étaient présents pour faire rayonner la ville. Assez pour faire vibrer mon iPhone et la caméra d’Heidi à l’unisson!

Tout était inspirant. Je me disais que j’allais continuer ainsi pour la vie. Qu’à part la photo, il y avait aussi mon goût pour la peinture qui m’attendait toute penaude sur le bord d’un fossé. Je n’avais pas touché à un pinceau depuis 23 ans (c’était mon activité préférée quand j’étais célibataire et pas en affaires). Premier constat, je dois accepter que les passions chez moi sont fluides et que tant que je peux faire de l’une d’entre elles mon accompagnatrice pour une époque, cela me permet de me centrer au coeur de mon existence.

Reste qu’en revenant à Montréal, j’ai un peu délaissé «mon art» pour me concentrer sur mon travail. Même si j’ai la chance d’évoluer dans le milieu formidable des médias, j’avoue que trop souvent, je me laisse prendre par la gestion de la production plus que par la création pure, sans agenda. Serai-je capable de revenir à cette source intarissable, mais fragile? Peut-être qu’en reprenant mon livre The Artist’s Way là où je l’ai laissé de côté, j’y arriverai.

J’espère qu’en me réservant du temps pour l’art, j’ouvrirai encore une fois la champlure de la création pour embrasser la vie de manière plus unique. Nous avons tous un courant, qu’il soit un filet ou un jet de créativité, qui ne doit pas rester stagnant. Les voyages sont bons pour donner un coup d’envoi, mais la créativité doit se vivre chaque jour, dans les petits gestes et surtout, doit être à la portée de tous, que cela soit à la bibliothèque du coin ou sur sa table de cuisine avec les enfants.

Si vous vous donniez la possibilité de prendre un rendez-vous artistique chaque semaine, comment aimeriez-vous créer? En quelle compagnie? Nourrir son imaginaire est une manière saine de mieux exister. Il suffit de faire un clin d’oeil à l’art pour qu’il nous embrasse en retour.

Nous vous proposons

Du même auteur

Ajouter de l’art dans sa vie